Il attaque Catherine Lemorton, Sacha Briand a décidé de passer à l’offensive

Sacha Briand a présenté à la presse, le 22 mai dernier, sa suppléante Marie-Hélène Mayeux Bouchard. Cette ancienne adjointe de Philippe Douste-Blazy et de Jean-Luc Moudenc est pleinement mobilisée pour la campagne du conseiller régional UMP : «Je pense que la classe politique doit être renouvelée. Je crois vraiment en Sacha.» Un Sacha Briand qui a d’ailleurs profité de ce point presse pour attaquer clairement son adversaire socialiste, la sortante Catherine Lemorton : «Elle pensait obtenir un strapontin dans le gouvernement Ayrault. Elle se retrouve maintenant le bec dans l’eau. Elle est d’ailleurs moins une députée qu’une conseillère technique dans le domaine de la santé. Mais un député n’est pas un technicien, il est là pour représenter le peuple.» Une charge «musclée» tournée en direction de la pharmacienne toulousaine : «Qu’elle pense à envoyer son CV au ministère de la santé !» Celui qui est aussi élu d’opposition à Blagnac n’en oublie pas pour autant le candidat centriste (Parti radical) de cette élection, Jean-Jacques Bolzan, en ironisant sur les divisions centristes du moment : «Mais il est de quel centre ?» Sacha Briand a également développé ses axes programmatiques en mettant l’accent sur l’emploi : «L’être humain se révèle avant tout dans le cadre de son activité professionnelle. Toutes les politiques publiques devraient être tournées vers l’emploi.» Marie-Hélène Mayeux Bouchard a d’ailleurs souligné que des perspectives d’emplois sur cette circonscription pourraient être envisagées «autour du Canal du Midi en développant le tourisme fluvial.» Loin d’être désarçonné par les résultats, pourtant défavorables de la dernière présidentielle, Sacha Briand compte sur une mobilisation de l’électorat de la droite et du centre : «Cette élection est à notre portée. Nous irons chercher tous les électeurs, y compris ceux du Front National. Ne les laissons pas voter pour des candidats qui ne sont pas sur le terrain.» Le représentant de l’UMP, qui promet une surprise à venir dans sa campagne la semaine prochaine, termine son appel par une dernière offensive lancée à son opposante principale : «La première circonscription n’est pas la propriété de l’industrie pharmaceutique.»

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.