Hubert Vialatte écrit à Jean-Luc Moudenc et Claude Ducert

j'écris à Hubert VialatteMessieurs,

En homme du Sud, je vais vous raconter une pagnolade. A Montpellier, l’Etat et les collectivités locales ont englouti 480 millions d’euros dans la construction, entre 2009 et 2012, de la troisième ligne de tramway, désenclavant plusieurs quartiers défavorisés et s’arrêtant, à l’extrémité sud de son tracé… à 1,5 kilomètre de la mer. Le tracé initial prévoyait de desservir le littoral. Oui mais voilà, entre temps, Christian Jeanjean, maire UMP de la station de Palavas, las d’être insulté à longueur de séance communautaire (« Jeanjean, vous êtes tout juste bon à manger des coquillages ! ») par l’impétueux et feu Georges Frêche, avait quitté l’intercommunalité, pour rallier celle, voisine, du Pays de l’Or. Et pas question, même par le biais d’une convention, d’accueillir la clientèle ‘sociale’ du tram. Bref, un tramway nommé délire. Désastre en termes d’image, de tourisme et d’aménagement du territoire. Je vois de là sourire le lecteur toulousain. Il y a de quoi. La Ville Rose a elle aussi ses toulousades. Le territoire se fragmente façon plaquage de rugby, entre l’agglo du Sicoval (Labège) de Claude Ducert (EELV) et Toulouse Métropole de Jean-Luc Moudenc (UMP). Pas question de coquillage ici. On se tire la bourre sur du lourd. Le 23 juin, Moudenc présentera à l’Airbus Delivery Center le schéma de développement économique de la métropole pour les cinq ans à venir, devant 800 décideurs. Le Sicoval dévoilera son propre schéma, à la rentrée. Côté métro, là aussi, ça bouchonne. Ducert défend le prolongement de la ligne B (PLB) du métro, qui échoue aujourd’hui à Ramonville, à quelques encablures de Labège Innopole – 15 000 emplois. Pour rappel, le projet, dont l’enquête publique débute le 2 avril, coûterait 362 millions d’euros (une caisse de champ’ que la note sera plus salée si le projet se réalise), pour cinq stations supplémentaires. Moudenc ne veut plus du PLB. Pour ne pas financer un outil servant le développement d’une collectivité rivale, ayant déjà attiré récemment le CEA Tech et les bureaux de Thales, disent les mauvaises langues. Le maire de Toulouse porte un projet de ligne 3 certes cohérent (pôle aéronautique-Matabiau-Montaudran), mais onéreux (environ 2 milliards d’euros) et lointain. Remonté à bloc, le Sicoval met la pression pour défendre ‘son’ PLB. Marre de la congestion routière. Plusieurs de ses acteurs économiques – Geset en tête – s’associent aux élus au sein de l’association « Pour le prolongement de la ligne B du métro », créée ce 17 mars avec force posters, autocollants, compte twitter,… Un bonheur d’événement presse. Bouteille d’encre garantie jusqu’à l’été. Dézoomons. Toulouse, future capitale de la grande Région et sa petite sœur Montpellier, sont deux métropoles d’avenir. On connaît leurs atouts – santé, recherche, informatique, université, dynamisme démographique, aéronautique et spatial, numérique, culture… Mais ça ne suffit pas. Qu’est-ce qui va faire qu’on va parler (en bien) de Toulouse en-dehors de Toulouse ? Quelles propositions décoiffantes apporter ? Que va penser un investisseur d’un territoire où il ne sait pas placer son projet d’immeuble, car deux projets de métro différents s’affrontent ? Va-t-on créer un syndicat mixte du Grand Toulouse, qui apaiserait une inutile et énergivore guerre entre territoires, alors que la compétition entre territoires est européenne ? « Airbus est une chance pour Toulouse, mais peut devenir un handicap, analyse un décideur. Aujourd’hui, Toulouse doit renverser la table pour franchir un cap. Mais ce n’est pas facile, de renverser la table, quand tout va bien ! » « S’endormir sur ses lauriers serait catastrophique », reconnaît Jean-Luc Moudenc. A son crédit, il prouve depuis neuf mois sa capacité à faire de la politique autrement, en s’associant avec Philippe Saurel, maire DVG de Montpellier, malgré les étiquettes politiques différentes, pour que leurs deux métropoles pèsent face au futur exécutif régional. Dans la vie comme en politique, rien à faire : on n’est jamais aussi bons qu’au pied du mur.

 

Expéditeur : Hubert Vialatte

rédacteur en chef de La Lettre M / MPS (magazine économique de Toulouse à Montpellier), 40  ans, il collabore également pour Les Échos. Il publie chaque semaine sur son blog www.hubertvialatte.com un ” Billet du lundi “, entre poil à gratter et analyse économique.

Destinataires : Jean-Luc Moudenc et Claude Ducert

Jean-Luc Moudenc (UMP), est maire de Toulouse et président de Toulouse métropole.

Claude Ducert (EELV) est maire de Labège et président de la communauté d’agglomération du Sicoval.

 

[



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.