Hervé Boco, l’homme qui murmure à l’oreille de Christine

La semaine dernière, votre hebdo s’est fait l’écho d’un imbroglio au sein de la fédération départementale d’Alliance Centriste, actuellement mise sous tutelle par ses instances parisiennes. Le bureau actuel emmené par Jean-Marie Belin a d’ailleurs communiqué pour mettre en relief un certain nombre de manœuvres, en incriminant clairement Hervé Boco, professeur à l’ESC et animateur du think tank « L’Estrade », un proche de Christine de Veyrac. L’homme est pointé du doigt comme l’instigateur d’un coup d’Etat. Il a souhaité réagir dans nos colonnes : « Les insultes en disent toujours plus sur celui qui insulte que sur celui qui est insulté. » Suivez son regard… Là où le clan Belin (Jean-Claude Pellegrino, Alexandre Trillou, etc.), et un commentaire de Jean-Michel Lattes (porte-parole de Toulouse Avenir) sur le site web du JT, accusent ce nouveau venu en politique d’« encartage », l’intéressé réplique : « Contrairement à ce que je lis ou entends, je n’ai pas fait encarter mes élèves. Les nouveaux adhérents sont certes des étudiants, mais qui sont, soit des responsables associatifs de l’ESC, soit issus des bancs de Sciences-Po. » Pour Hervé Boco, ces manœuvres ne sont pas seulement le résultat du match Moudenc-de Veyrac en vue des élections municipales. Il s’agit aussi d’un choc des générations : « Qu’ils le veuillent ou non, nous sommes l’avenir de l’UDI 31 », s’amuse Hervé Boco, en faisant ici référence à la classe biberon du centre toulousain (Laurence Massat, Eric Mouton, Philippe Lasterle, Benjamin Vignau, Chantal Gauthier, Grigori Michel…).

Le projet avant tout

Hervé Boco est chargé du projet au sein du team de Veyrac. Finances, transports, propreté, urbanisme ou culture… Autant de sujets qui sont actuellement travaillés et réfléchis dans les diverses commissions qui se réunissent régulièrement, et qui devraient permettre à Christine de Veyrac de présenter des axes programmatiques à la rentrée : « Notre volonté est d’être dans le réalisme, notamment en termes de transports. Nous proposerons des tracés (bus, tramways etc.) qui relieront les zones d’habitations à celles d’activités. » «Notre campagne ne sera pas pépère, nous sortirons des codes traditionnels… » prévient d’ailleurs ce jeune loup, déjà pressé d’en découdre derrière son chef de file : « Quel est le meilleur candidat possible pour battre Pierre Cohen au second tour ? Je reste persuadé que c’est Christine de Veyrac car Jean-Luc Moudenc s’est trop droitisé ces derniers mois pour pouvoir fédérer les Toulousains sur un second tour. » Rendez-vous est donc pris à la rentrée pour savoir si Hervé Boco voit juste… « De toute façon le centre et la droite sont en recomposition, municipales ou pas » conclut-il.

Thomas Simonian



5 COMMENTAIRES SUR Hervé Boco, l’homme qui murmure à l’oreille de Christine

  1. Jean-Michel LATTES dit :

    Je persiste et je signe… certains des élèves de monsieur Boco sont … de mes anciens étudiants. Ils m’ont fait part de l’ambiguïté de la part enseignement et de la part associative à l’ESC.
    Monsieur Boco parle de responsables associatifs de l’ESC, sans dire qu’il est très présent dans l’association en cause.
    Je confirme donc mon premier billet. Il n’y a la aucune “insulte” pour reprendre les propos de monsieur Boco, c’est simplement le constat que nous n’avons pas la même vision déontologique de notre métier.

  2. Sébastien Gauthier dit :

    Monsieur Lattes,

    En tant qu’ancien étudiant d’hervé Boco, je peux vous assurer que je sais très bien ce que je fais en adhérent à l’Alliance Centriste.

    Monsieur Boco n’a jamais fait de mélanges entre cours et politique, c’est juste un faux procès. Nous ne sommes pas en russie stalinienne.

    Ne pensez vous pas qu’il n’y a pas plus important que celà à s’occuper pour Toulouse

    Il me semble juste que certains proches de Monsieur Moudenc ont du mal à comprendre que d’autres personnes puissent avoir des idées différentes qu’eux.

    Balayez devant votre porte avant de critiquez le voisin

  3. Jean Faras dit :

    Il serait effectivement très choquant de mélanger cours et politique … Comme le souhaitait l’UMP31 Mr Lattes non … ?

  4. François-Charles Berthois dit :

    Monsieur Lattes,

    Egalement ancien élève de Monsieur Boco, je souhaitais réagir sur vos propos. En aucun cas Monsieur Boco ne s’est livré à un quelconque prosélytisme pendant ses cours. C’est, cependant, quelqu’un d’enclin à aborder différents sujets en marge de ses activités professorales. Ainsi, il est évident que certain de ses élèves, moi le premier, ont été amené à parler de politique avec lui.

    Ne trouvez-vous pas sain d’avoir une nouvelle génération curieuse avec une envie d’apprendre de leurs ainés ?

    Cordialement,

  5. Clément Delaunay dit :

    M. Lattès,

    Pensez-vous que les étudiants de Sciences Po (dont je fais partie) ont été eux-aussi encartés ? Non… mais plus que cela, je vous prie de croire qu’il existe encore des jeunes qui s’engagent dans la politique et dans les clubs de réflexion, de manière spontanée.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.