Henri-Pierre Colombo ; Candidat indépendant sur la première circonscription

Henri-Pierre-Colombo

Pourquoi cet engagement ?

J’ai commencé la politique très jeune, au centre en suivant des personnalités comme Barre, Léotard ou Madelin, mais très vite je ne me suis plus reconnu dans les valeurs portées par les grands partis. J’ai alors cessé de faire de la politique sans toutefois m’en désintéresser… Ma devise a toujours été : «Ni à droite, ni à gauche, tout droit !» Et puis, il y a sept mois, j’ai décidé de me lancer seul dans le combat législatif, en me disant «Plutôt que de râler, mieux vaut faire !» Je me suis alors entouré d’une équipe, qui commence à devenir sérieusement constituée, pour travailler le projet. J’ai également la chance d’avoir pour suppléante, Anne Fauré, avocate au barreau de Toulouse, qui apporte énormément à cette campagne. Je me considère aujourd’hui dans «l’ultra centre» Les gens n’ont plus besoin d’un centre «mou», mais d’un centre avec des idées et des repères.

Qu’est-ce qui fait l’originalité de votre démarche ?

Nous portons un projet construit, bâti autour de vrais débats de société : économie, environnement, culture, médecines parallèles, légalisation du cannabis… Mais surtout je propose, ce que personne ne fait, un véritable échange sur les valeurs. Dans la politique actuelle il n’y a aucun débat constructif. Le changement ce n’est pas pour maintenant… C’est pour demain.

Et l’après-législatives, vous y pensez ?

Plus que jamais. Avec mes amis, nous venons de déposer en préfecture les statuts du «Mouvement citoyen français». A partir d’un moment, le système nous oblige à structurer. Nous allons donc continuer à travailler sur le projet, et le moment venu, nous saurons le présenter. D’une manière ou d’une autre, nous serons là en 2014.

 

Propos recueillis par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.