Grigori Michel «L’envie d’aider la société»

Malgré  son faible résultat dimanche dernier aux élections législatives, Grigori Michel n’est pas du genre à baisser les bras : «J’ai autour de moi des personnes qui sont en train de se démotiver au vu de mon score, moi il en est hors de question, j’irai jusqu’au bout». A 21 ans, le candidat centriste a déjà dû faire beaucoup de sacrifices et de compromis avec son entourage : «Quand on a fait le choix d’être une personnalité publique, on accepte de faire une croix sur les sorties». L’envie de faire de la politique est apparue très tôt, dès les cours d’instruction civique. Bien qu’il ne corresponde pas à ses aspirations politiques, le personnage politique qui l’a beaucoup inspiré est Jacques Chirac : «J’envoyais des courriers à son cabinet pour réclamer des posters». Militant pendant trois ans au Nouveau Centre, il a vite atteint une certaine notoriété au sein de son parti, enrichie aux côtés d’Hervé Morin lors du lancement de sa campagne. Très dynamique, Grigori Michel ne voulait pas faire de la politique derrière un bureau et envoyer des militants distribuer des tracts ou coller des affiches mais aller sur le terrain, au contact des électeurs. Son choix d’études comptables lui semble tout à fait cohérent avec son envie d’aider la société qu’il considère «comme une entreprise avant tout». L’adversité ne l’effraie pas : après s’être lancé sur la difficile 6e circonscription, il pense déjà à son prochain objectif : les municipales de 2014.

Amélie Rastoul



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.