Gérard Bapt avance tranquillement

Gérard Bapt a été député la première fois en 1978. Il repart une nouvelle fois au combat «grâce au soutien de mes amis et de mes administrés.» Lui le maire de St Jean, qui n’hésitera d’ailleurs pas à laisser son mandat de premier magistrat s’il est réélu, se «sent toujours utile. Peut-être plus utile que jamais notamment sur des sujets de santé publique.»

Une allusion à peine voilée à l’affaire du Mediator qui a médiatisé nationalement le député sortant. L’air confiant, mais conscient de la rude tâche qui attend les siens («J’angoisse beaucoup devant l’héritage laissé par la droite»), Gérard Bapt espère le «grand chelem» de la gauche dans le département : «Chacun des dix candidats se présentant avec l’investiture du PS, aspire à être élu. Ce «carton plein» est envisageable, je l’espère pour mon camp. Etant donnés les scores de François Hollande sur notre département à la Présidentielle, et la volonté de lui donner une majorité pour appliquer son programme, nous ne pouvons qu’être confiants.»

La cohabitation demandée par l’UMP est un argument qui ne semble d’ailleurs pas d’actualité pour l’homme de Saint-Jean : «Il serait totalement illogique de penser que le peuple français ne transformera pas l’essai de l’élection de François Hollande. Je suis persuadé qu’il va lui donner la seule majorité qui compte en politique, celle de l’Assemblée nationale.»

Gérard Bapt ne se sent pas seul dans cette conquête de la deuxième circonscription, son suppléant n’étant pas un inconnu. Il s’agit de Bertrand Monthubert, le nouveau président de l’Université Paul Sabatier : «Au départ, j’ai eu pas mal de réflexions liées à la parité, mais depuis son élection à la présidence de l’université toulousaine, je me retrouve avec un suppléant de luxe.» Vous l’aurez compris, sur l’une des circonscriptions où l’on compte le moins de candidats, Gérard Bapt ne semble pas en situation d’être mis en difficulté, et les premiers pas de François Hollande comme président ne font que conforter l’élu socialiste : «Ils sont extraordinairement positifs.»

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.