François Simon : Après une terrible campagne, il règle ses comptes

«Les mauvais comportements n’apportent pas de l’estime»

Jean-Luc Moudenc et François Simon se sont livrés un combat sans merci sur la troisième circonscription. Le candidat écologiste, également investi par le PS, sort de cette élection déçu des postures «troubles» des uns et des autres (Alain Fillola, Pierre Cohen et Jean-Michel Baylet sont clairement visés), et n’exclut plus une liste autonome écologiste aux prochaines municipales. Amer mais lucide dans l’analyse, François Simon en vérité.

Humainement et personnellement, on ressort comment d’un tel combat ?

Triste, car j’aurais souhaité offrir cette victoire à la gauche, mais aussi soulagé, car j’ai subi un tel pugilat que cela fait un bien fou que cette période s’arrête. Comme je suis un homme qui fait attention à préserver tout ce qui fait sa vie, j’ai toujours souhaité conserver mon activité professionnelle et mes missions d’élu à la Région…

Etes-vous déçu du déroulé de cette campagne ?

J’ai trouvé cette campagne «pitoyable». J’ai passé les trois quarts de mon temps à me différencier d’un candidat de la division* et à répondre à des attaques personnelles, alors que mon but était de présenter un projet pour un nouveau mode de société, et de combattre le bilan du sarkozysme. Je l’ai certes fait, mais dans un «tohu-bohu» que l’on m’a imposé. C’était inaudible.

A l’analyse des résultats, peut-on dire que le canton d’Alain Fillola vous a coûté l’élection ?

Je constate que les deux cantons habituellement de droite, Toulouse 2 et celui de Verfeil, ont voté majoritairement pour moi. On voit donc bien que c’est en particulier sur le canton 8 que cette élection s’est jouée. Si je peux comprendre qu’Alain Fillola, après avoir annoncé son soutien à ma candidature pour le second tour, ne soit pas venu notamment au meeting que j’organisais, je peux toutefois regretter le peu d’empressement de son entourage à faire campagne à mes côtés. Il y aurait peut-être eu un autre vote à Balma… La division crée des soustractions, rarement des additions.

Que penser des comportements de Jean-Michel Baylet et de Pierre Cohen à votre égard ?

«La Dépêche du Midi» a fait campagne… C’est le moins que l’on puisse dire. Ce journal a manqué clairement d’objectivité, et même de respect. On a atteint les limites de la déontologie professionnelle. Que ce soit pour l’un ou pour l’autre… Les mauvais comportements n’apportent pas de l’estime. C’est à vous journalistes de faire l’analyse politique de ces agissements. Moi je constate.

2014 : «Etre tête de liste, je vous dis «non»»

Jean-Luc Moudenc à l’Assemblée nationale, c’est une mauvaise nouvelle pour la gauche toulousaine ?

C’est forcément une mauvaise nouvelle, d’autant plus que c’est la division de la gauche qui a rendu cette élection possible. Autant à l’Assemblée nationale sa voix ne sera pas prépondérante vu la nouvelle composition de l’hémicycle, en revanche sur le plan local, son retour sur le devant de la scène est inquiétant. Car autour de cette élection, il va tenter de structurer sa future campagne municipale.

La gauche toulousaine a donc remise en selle l’ancien maire ?

Je n’ai perdu que de 350 voix, ce qui veut dire que s’il y avait eu davantage de soutien de la part de certains, ainsi qu’une plus grande neutralité de la presse quotidienne régionale, Jean-Luc Moudenc ne serait pas élu aujourd’hui. Tout le monde va en subir les conséquences, y compris le maire de Toulouse.

Comment va donc désormais se comporter Europe Ecologie Les Verts sur Toulouse ?

Nous sommes plutôt déterminés à avoir une liste autonome aux prochaines municipales.

Vous allez donc diviser à gauche ?

On vient de m’expliquer durant des semaines qu’il n’y avait rien de mieux que des primaires au premier tour. Nous allons donc être en cohérence avec ce qui m’a été fait durant cette campagne…

Avec François Simon en tête de liste ?

Je m’y impliquerai en tant que militant c’est certain. Mais à ce jour, être tête de liste, je vous dis «non».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.