François Briançon « Moudenc : Les mots qu’il emploie me glacent »

Il est l’homme à tout faire de Pierre Cohen. Sniper attitré autant en conseil municipal que sur les réseaux sociaux, adjoint aux sports omniprésent et surtout président stratège du groupe « Socialiste, radical et républicain », François Briançon se prépare « sereinement » à la prochaine échéance électorale… Certaines langues l’annoncent même déjà comme directeur de campagne du maire sortant. Même s’il ne souhaite pas encore répondre à la question, on miserait bien un billet dessus. Les Verts, le Front de Gauche, Moudenc, de Veyrac, le FN… Autant de sujets balayés par le sniper toulousain du PS.

 

L’entrée progressive dans la campagne municipale change-t-elle quelque chose à la vie du groupe « Socialiste, Radical et Républicain », que vous présidez à la mairie de Toulouse et à la Communauté urbaine ?

Les groupes politiques sont des organisations d’élus au sein du conseil municipal, et à ce titre, ils n’ont pas le droit de participer à la campagne électorale. Ils ont des moyens mis à disposition par la collectivité dans le cadre de l’accomplissement des mandats de leurs membres. En aucun cas les moyens techniques ou les salariés de chaque groupe ne pourront être utilisés dans le cadre de la campagne électorale. Ceci étant dit, chacun d’entre nous, dans sa dimension militante, va pouvoir s’exprimer librement sur l’échéance à venir… Il va donc y avoir une séparation très stricte entre le fonctionnement du groupe politique et la future équipe de campagne de Pierre Cohen.

Qu’en est-il de vos relations avec les « Verts » (EELV, ndlr) qui ont annoncé leur désir d’autonomie au premier tour de l’élection municipale ?

Ils ont eux-mêmes déclaré que la porte restait ouverte à des discussions… Et de notre côté, nous avons toujours dit que la porte restait également grande ouverte. Pierre Cohen souhaite clairement garder la configuration gagnante de 2008.

La porte reste-t-elle également ouverte pour la partie du Front de Gauche animée par Jean-Christophe Sellin et Myriam Martin ?

Le débat ne se pose pas car ils ont déjà affirmé qu’ils auraient au bout de leur démarche au premier tour…

Mais pourra-t-il être posé au second tour ?

C’est à la future tête de liste de répondre à cette question…

On entend fortement votre nom pour être le futur directeur de campagne de Pierre Cohen. Vous confirmez ?

Pour l’instant, je ne suis pas le directeur de campagne de Pierre Cohen. Une fois qu’il sera désigné comme tête de liste par les militants socialistes (10 octobre, ndlr), le candidat fera part d’une organisation de campagne.

Mais les choses sont-elles entendues entre Pierre Cohen et vous ?

Nous n’en sommes pas encore là et de toute façon le plus important reste la tête de liste… C’est elle qui imprimera la dynamique de la campagne.

Comment jugez-vous ce qui se passe chez vos opposants avec notamment la campagne de Christine de Veyrac qui continue à contester le leadership de Jean-Luc Moudenc ?

Je remarque qu’à droite, contrairement à la gauche, la pluralité a beaucoup de mal à être acceptée. Je suis étonné du niveau de violence qui se déchaîne envers les personnalités qui font entendre une voix un peu différente… Je pense à l’attitude de l’UMP vis-à-vis de Christine de Veyrac ou du MJT (« Mouvement des Jeunes pour Toulouse » qui vient de se rallier à la députée européenne, ndlr). Il y a un non-respect évident de la différence. Le leitmotiv actuel de Jean-Luc Moudenc, c’est « je ne veux voir aucune tête qui dépasse. » Les mots qu’il emploie me glacent. Ce n’est pas ma conception du vivre ensemble. Dans une ville comme la nôtre, il faut s’avoir s’enrichir de nos différences.

Aux militants du MoDem : « Il va falloir qu’ils fassent preuve de souplesse »

Jean-Luc Moudenc comme Christine de Veyrac déclarent qu’ils vont donner une large place à la société civile sur leur liste respective…

C’est extraordinaire. Cela me fait sourire même… Comme si Jean-Luc Moudenc et Christine de Veyrac faisaient eux-mêmes l’aveu de ne pas être représentatifs de la société contemporaine. Ils sont tellement peu en rapport avec les réalités des Toulousains, qu’ils se sentent obligés de faire appel à des personnalités de la société civile pour avoir des expertises. Leur discours démontre une vision un peu étroite de la politique, mais cela ne m’étonne pas outre mesure. Pour rappel, beaucoup de gens oublient que Jean-Luc Moudenc est élu depuis l’âge de 26 ans ! Cela fait un quart de siècle qu’il est au service des Toulousains et qu’il vit de la politique. En fait, la société civile, il ne la connaît pas ! Mais il a peut-être envie de la connaître ! (rires)

Le MoDem se prépare à rallier Jean-Luc Moudenc. Un avis ?

Durant l’exercice du mandat, le MoDem a été porteur d’une voix plus nuancée au sein de l’opposition. Très souvent en contradiction avec le discours toujours plus à droite de Moudenc… Aujourd’hui je souhaite donc beaucoup de courage aux militants du MoDem. Il va falloir qu’ils fassent preuve de souplesse, car ça va être le grand écart en permanence.

Certains accusent Pierre Cohen d’instrumentaliser à son profit une montée du FN. Vous répondez quoi ?

C’est absurde et indécent. Je sais que c’est l’idée que tend à répandre Jean-Luc Moudenc, mais il oublie qu’au second tour des dernières élections cantonales, il n’a pas appelé à faire battre le Front National. Pourquoi ? Il va falloir qu’il s’explique.

Propos recueillis par Thomas Simonian

 



4 COMMENTAIRES SUR François Briançon « Moudenc : Les mots qu’il emploie me glacent »

  1. L'autre son de cloche toulousain dit :

    Si les “mots de Moudenc” glacent cet aparakchick du PS, son analyse nous suggère que nous sommes bien revenus à Toulouse au temps de la glaciation …et de la langue de bois!!!
    1- Cet éternel grincheux (de profession sans doute!) nous fait rire quand il parle de têtes qui dépassent. Vis à vis de Moudenc c’est un procès d’intention, vis à vis de Cohen c’est un fait.
    Pourquoi a-t-il voulu tout maîtriser, la ville , l’agglomération , Tisseo …et bouter hors de l’agglomération le Conseil Général? Nous vous laissons choisir, par sectarisme? par volonté de magouiller entre les divers budgets et ainsi pouvoir cacher l’immense endettement de tout ce qu’il dirige? Ou par autoritarisme?

    2-L’attitude et les propos de M. Briançon ne sont pas franchement révélateurs de quelqu’un de libéré; c’est que l’ordre stalinien règne sur la mairie de Toulouse (en voudrait-il quelques exemples?),

    3- Oui M. Briançon, M. Cohen instrumentalise la montée du FN.
    Il ne peut pas mieux s’y prendre en laissant les “quartiers” partir à la dérive du communautarisme (il y remplace des logements privés par des mosquées, il laisse se communautariser les commerces, il subventionne des associations qui sapent tout le travail de l’école sur la laïcité, pour ne citer que quelques faits!)
    Il ne peut pas mieux s’y prendre en laissant s’instaurer à Toulouse un climat d’insécurité qui commence à friser celui de Marseille!

    4- Que la droite républicaine et démocratique toulousaine s’y prenne comme un pied pour battre Cohen, alors qu’elle dispose de tous les atouts, sur ce point on ne peut être que d’accord avec M. Briançon… tout comme quand il raille le MODEM gesticulateur avec une certaine arrogance tout de même!!!Mais soyons surs d’une chose, l’alliance qui finira par se faire à droite sera immensément moins couteuse POUR LES TOULOUSAINS, que les compromis qui finiront par se faire à gauche!!!

  2. Jean-Michel LATTES dit :

    Comme je l’avais prédit… Monsieur Briançon ne parle ni de son bilan, ni de son projet. Sans doute pense t il que c’est préférable au regard de l’électorat toulousain. Plus grave cependant, Monsieur Briançon – il ne fait que cela depuis 6 mois – est dans l’instrumentalisation. Inquiet de la décision que prendront les toulousains en Mars 2014… il ne parle que de politique nationale et tente de confondre la droite républicaine avec les extrêmes. Il apparait de fait comme l’allié objectif du Front national dont il espère la progression des scores. Il est triste de lancer une campagne sur de telles bases…

  3. Mounette . dit :

    Vous glace monsieur Briançon … Nous c’est votre Mairie qui nous glace …Et j’espère que l’équipe de Moudenc vous virera avec perte et fracas …..

  4. Hilare dit :

    Les trois commentaires ci-dessus sont pathétiques tellement ils sont caricaturaux :
    - on oublis que la droite a été aux affaires pendant 35 ans et on laissé périclité notre ville par pur clientélisme.
    - “immense endettement”??? je dis investissement! reproche-t-on à Marseille, Lyon ou bordeaux (ville gérées par des maires de droite) d’avoir INVESTI pour développer leur urbanisme vers un avenir. Mr Cohen à fait ce que Moudenc n’a pas été capable de faire : rattraper un retard par rapport au autres grandes métropole de France après 35 ans d’immobilisme.
    - “ordre stalinien” … risible… Moudenc nous as été collé par Doust Blazi (et il est ou celui là? après avoir surendetté Lourdes) lui même parachuté par le “prince” Baudis lui même fils de son père.
    - “Instrumentalisation de la monté du FN” aprés le racolage éhonté des cadres de l’UMP … sans commentaires ….
    Ces posts sont visiblement “pilotés” ça en est risible, arguments non étayés et caricaturaux … pauvres de vous.
    Nous avons avons enfin un maire qui travail … soit la droite nous amène un programme plus inventif (pour l’instant c’est la guéguerre des égos) soit elle se tait.
    Donc taisez vous par pitié si vous n’avez rien de plus intelligent à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.