[Exclu JT] Casa Nova enlève le haut

Rémi Vincent, Laure Durand et Xavier Bigot. Trois visages de Casa Nova.
Rémi Vincent, Laure Durand et Xavier Bigot. Trois visages de Casa Nova.

Buzz. Le collectif politique Casa Nova a décidé d’enlever le masque, et de révéler les identités qui le constituent. La surprise pourrait être grande dans certains appareils.

En juin dernier, ils étaient cinq autour d’un verre … C’est ce jour-là qu’une petite bande issue des rangs de la gauche du PS (Laure Durand, Rémi Demersseman-Pradel et Florent Voisin) et du Front de Gauche (Rémi Vincent), accompagnée d’un militant de toujours (Jérôme Bonnemaison), refait le monde au lendemain des défaites cuisantes de leur camp aux municipales puis aux européennes. « Comment agir autrement ? », se demandent-ils en chœur. C’est donc en leurs noms propres, et non en tant que représentants de leurs partis respectifs, que naît l’idée d’un think tank qui serait pourvoyeur de contributions centrées sur les enjeux métropolitains. En deux temps trois mouvements « Casa Nova » déboule alors sur les réseaux sociaux … Le buzz est au rendez-vous, d’autant plus que les protagonistes ont décidé d’avancer masqués : « Nous sommes pour beaucoup investis dans le monde politique, et nous ne voulions pas que cela empêche notre travail d’être lu avec attention et objectivité », explique aujourd’hui Rémi Vincent. « Même si cela n’a pas toujours été compris, nous assumons pleinement ce préalable », complète l’intéressé.

“Nous souhaitons incarner le renouvellement de la classe politique

Sur le fond, le collectif Casa Nova est clair sur son ADN politique : « Nous refusons la politique sociale libérale menée aujourd’hui, et revendiquons l’envie d’une nouvelle démocratie. Nous souhaitons incarner le renouvellement de la classe politique, avec la mise en avant de la question écologique. La finalité de tout ça : La reconquête de la métropole.» Ces militants ne renient pas pour autant leur engagement politique autre : « Casa Nova n’est ni contre, ni au-dessous, ni au-dessus des partis … C’est une offre alternative qui souhaite devenir une force de propositions pour toute la gauche. C’est une maison neuve très accueillante. » Peur des critiques à venir ? Peur de représailles politiques ? Rémi Vincent ne craint ni l’un ni l’autre : « On trace notre route, et les critiques permettent toujours d’avancer. Pour le reste, nous faisons le pari de l’intelligence de nos appareils politiques respectifs. » Aujourd’hui cette fine équipe a décidé d’enlever le masque et de passer à la vitesse supérieure : « Maintenant que nous nous sommes dévoilés, notre collectif est pleinement ouvert. Nous acceptons toute adhésion sur la base du respect de notre charte fondatrice. » Mais au fait pourquoi ce nom ? Pourquoi Casa Nova ? « C’est tout bête mais le bar dans lequel nous nous sommes réunis, la première fois, était situé rue Danielle Casanova. Cela tombait plutôt bien, c’était une résistante communiste. » Depuis plusieurs mois, le landerneau se demandait qui se cachait derrière Casa Nova. Le voile est tombé.

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.