Européennes : Entre PS et PRG, on tente d’y voir plus clair…

 

Joël Bouche et Nadia Pellefigue ne vont pas se laisser faire

Si le dernier conseil national du PS, qui s’est tenu le 16 novembre, a bien validé que la tête de liste aux Européennes serait issue des rangs du PRG, tout ne semble pas encore acquis pour autant. Car la base socialiste gronde, et le premier fédéral haut-garonnais Joël Bouche semble décidé à s’en faire l’écho : « Toutes les fédérations socialistes du Sud-Ouest semblent refuser cette décision. Le 8 novembre dernier, la quasi-totalité d’entre elles avait d’ailleurs désigné l’Audois Eric Andrieu comme chef de file potentiel. » Les socialistes du Sud-Ouest semblent donc avoir l’esprit rebelle sur la question des investitures en vue du scrutin européen : « Je ne souhaite pas polémiquer, et d’ailleurs nous ne voulons pas remettre en cause les accords avec nos partenaires du PRG… Mais il faudrait que l’on soit entendu ! » Aujourd’hui, les fédérations socialistes du Sud-Ouest sont donc en phase de négociations avec leurs instances. Contrairement à ce qui a été parfois annoncé dans certains médias, le nom de la PRG Béatrice Patrie a même été avancé, « il n’y a aucun nom qui a été officiellement posé sur la table. Peut-être que le PRG le sait mais ce n’est même pas certain… » explique le patron du PS 31. Les choses sont donc loin d’être arrêtées et les négociations loin d’être à leurs termes. Les militants socialistes s’exprimeront via un vote le 21 novembre prochain, et une convention nationale entérinera le choix final le 7 décembre prochain… Dans la tête du PS 31, on pencherait sans doute pour proposer une deuxième ou troisième place à Nadia Pellefigue selon le sexe de la tête de liste, tout en souhaitant sans le dire que le PRG obtienne la seconde. Les Haut-Garonnais semblent en effet avoir du mal à digérer le fait d’avoir accordé la deuxième place des sénatoriales au PRG (à Françoise Laborde) et de défendre des candidats sortants (tels Philippe Guérin à Cugnaux) pour les municipales… et de ne pas être récompensés aux Européennes. La situation est clairement tendue.

 

Thomas Simonian

 



3 COMMENTAIRES SUR Européennes : Entre PS et PRG, on tente d’y voir plus clair…

  1. Joël Echevarria dit :

    et au fait tous ces gens veulent être sur la liste pour y faire quoi ? et de toutes façons, a priori, seuls les 2 premiers peuvent être élus, alors…

  2. Jean-Paul dit :

    Je ne comprends pas bien.. Nadia Pellefigue est l’assistante parlementaire de Françoise Castex, vice-présidente de notre région ou candidate à la place de sa chef?

  3. preceau dit :

    PS de Haute Garonne : dindon de la farce… certes mais il reproche à ses instances nationales ce qu’il reproduit méthodiquement à Toulouse !
    Municipales à Toulouse : PS + élus PC, et 3 ou 4 PRG (pas ceux des militants). Incapacité à dialoguer avec EELV, PG, MUP, Rassemblement citoyen etc… La machine locale est sourde mais veut que sa maman parisienne l’écoute… et là, il faudrait presque pleurer avec !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.