Estrosi parle sécurité à Toulouse

« A Nice, où que vous soyez, vous êtes suivis », « Une caméra peut remplacer huit à dix fonctionnaires », Christian Estrosi est un habitué des formules chocs. Lors de sa visite à Toulouse jeudi dernier, répondant à l’invitation de Jean-Luc Moudenc et de son association « Toulouse Avenir », le maire de Nice a profité de ce rendez-vous pour mettre en avant son action niçoise en termes de sécurité. Cette visite n’était sans doute d’ailleurs pas due au hasard pour un Jean-Luc Moudenc qui a notamment fait du débat sur la vidéosurveillance un point de clivage clair et net avec Pierre Cohen. Christian Estrosi s’est d’ailleurs amusé de la posture du maire de Toulouse en la matière : « Je suis étonné que dans cette ville le maire y soit réfractaire. C’est un mauvais message social envoyé aux Toulousains, car ce sont toujours les plus faibles qui sont les premières victimes de l’insécurité. » Un argumentaire contesté par la gauche toulousaine, et notamment par les écologistes d’EELV : « Ce sont donc ces « solutions »-là que Monsieur Moudenc entend importer à Toulouse ? La légitime attente de nos concitoyens mérite pourtant mieux que ces galéjades démagogiques. » Le débat sur la sécurité va donc faire rage en vue des municipales.

 

Thomas Simonian



UN COMMENTAIRE SUR Estrosi parle sécurité à Toulouse

  1. Jean François MIGNARD dit :

    M. Estrosi – suivi par M. Moudenc ? – a semble-t-il comme à son habitude aligné propos très inquiétants quant au respect des libertés publiques : les citoyennes et citoyens ont le droit de ne pas être partout “suivis”, et imbécilités : études et constats de terrain indiquent tous que la vidéodurveillance systématique se traduit par un accroissement des effectifs pour une efficience très douteuse. Posez la question aux responsables londoniens de la sécurité, par exemple !

    Apprêtons-nous à entendre – et promettre – le pire, hélas …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.