En direct des QG Le film de la soirée du premier tour

QG Modem

19h30 Arrivée au siège du PS (rue Lancefoc) : C’est une ambiance un peu spéciale en fait. Journalistes et élus connaissent déjà tous les estimations qui ont été données via les réseaux sociaux. Les militants arrivent tranquillement, le sourire aux lèvres.

19h58 La salle s’est maintenant remplie. Les deux leaders départementaux du PS, Sébastien Denard et Nadia Pellefigue s’avancent devant le grand écran. Les députés sortants Martine Martinel et Gérard Bapt sont à leurs côtés. Ils le savent… Leur candidat va être annoncé en tête.

20h00 Le grand écran présente les premières estimations officielles. François Hollande est en tête. C’est confirmé. C’est la première fois sous la 5e République que le président sortant n’est pas en tête du premier tour de cette élection. Les jeunes socialistes exultent : «François président !»

Nadia Pellefigue

«La dynamique est clairement du côté de François Hollande»

QG PS

20H15 Nadia Pellefigue, première secrétaire fédérale déléguée du PS 31, nous accorde quelques instants pour commenter : «Nous n’avons pas gagné. Une élection n’est jamais jouée avant son terme, mais nous pouvons dire ce soir que la dynamique est clairement du côté de François Hollande. L’enseignement, c’est le score élevé et extrêmement préoccupant de Marine Le Pen. C’est une partie des déçus du Sarkozy de 2007 qui s’est exprimée là… Ce sont des personnes qui ont constaté que depuis cinq ans leur situation s’était aggravée. Nous avions des signaux en Haute-Garonne avec des scores élevés du Front National aux dernières cantonales, et des duels avec le PS dans de nombreux cantons. Le combat qui nous attend pour ce deuxième tour est celui du rassemblement de la gauche, mais nous voulons démontrer aussi que l’intérêt général, la justice et l’égalité sont portés par François Hollande. Le changement sera possible avec ce candidat. Nous allons continuer à être sur le terrain, faire du porte-à-porte car nous pensons que c’est le meilleur moyen de leur présenter le changement.»

20h30  Nous quittons la rue Lancefoc pour rejoindre le QG de l’UMP rue Gabriel Péri

20h45  Les militants sarkozystes forcément déçus sont clairsemés et regardent sans flamme le grand écran sur lequel défilent les personnalités politiques nationales. Dans les couloirs, Pierre Esplugas, le porte-parole et Sacha Briand, conseiller régional sont là.

QG UMP

20h50  Bertrand Serp, candidat UMP aux législatives sur la quatrième circonscription, échange avec nous : «Nous restons confiants. La campagne de second tour reste à faire. Nous devons convaincre en portant le projet de Nicolas Sarkozy. Un projet avec de vraies propositions pour gagner demain. Le score du FN montre qu’il y a des Français à qui nous n’avons pas su parler. Maintenant il y a deux candidats, deux projets… Et nous allons devoir être persuasifs.»

Jean-Luc Moudenc

«Les 19% de Le Pen sont un cri d’angoisse»

21h30  Jean-Luc Moudenc, l’ancien maire de Toulouse et actuel président départemental de l’UMP arrive à la permanence. Il nous reçoit dans son bureau : «Les 19% de Marine Le Pen sont un cri d’angoisse. C’est une protestation dans le cadre d’une crise sans précédent. En période de crise, les votes extrêmes sont toujours plus forts, et les résultats de ce soir obéissent à cette règle. Cela n’a rien de nouveau. Nous devons montrer maintenant aux électeurs quelles sont les lignes de clivage entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Je reste persuadé que Nicolas Sarkozy a toutes les chances de rassembler dans quinze jours sur son nom, une majorité de Français. Le second tour me paraît très ouvert. Il sera extrêmement serré. Ce qui est certain, c’est que ceux qui avaient enterré Sarkozy depuis des mois et des mois, sondages après sondages, sont désavoués ce soir. Et puis notons une bonne nouvelle : 80% des Français sont allés voter. Cela veut dire qu’ils y croient et qu’ils ont des choses à dire. Je trouve cela très encourageant pour notre démocratie. Une période de crise n’a pas détourné notre peuple de son expression par les urnes.»

21h45 François Chollet, président du groupe «Toulouse métropole d’Europe» à la communauté urbaine, fait son apparition et va saluer Jean-Luc Moudenc.

22h00 Nous partons rue de Metz à la permanence du MoDem et d’Alliance Centriste.

22h15 Nous sommes accueillis avec un buffet campagnard par les sympathisants de François Bayrou, forcément très déçus par les résultats de leur leader (9,13%). Nous échangeons avec eux, sur leur vision de l’avenir, et notamment sur la reconstruction du centre à venir.

Jean-Luc Lagleize

«François Chollet, René Bouscatel, Marie Déqué vont devoir faire un choix»

22h30  Jean-Luc Lagleize, président départemental nous reçoit : «Honnêtement ce résultat est décevant. Mais depuis des mois, on nous vend une élection présidentielle qui a pour seule finalité de se positionner pour ou contre Nicolas Sarkozy. Et ce soir nous avons le résultat : tout le monde vote contre Nicolas Sarkozy. Quand on observe Marine Le Pen à 19%, on se dit que ce sont sans doute des électeurs de droite qui ne voulaient pas voter Sarkozy… C’est un désaveu complet pour le président sortant. Nous pouvons, ici en Haute-Garonne, constater que le score de François Bayrou est supérieur à celui du national. C’est donc une grande satisfaction, et je rends hommage à l’équipe qui m’entoure. En revanche, j’observe avec intérêt les mauvais scores de l’UMP ici. Ce parti et ses représentants locaux se cherchent. C’est donc le moment de créer un gros pôle central à Toulouse. J’invite donc mes amis du Nouveau Centre et du Parti Radical à continuer à œuvrer comme nous le faisons depuis des mois, mais je lance aussi cet appel aux humanistes de l’UMP : François Chollet, René Bouscatel, Marie Déqué… Tous ces élus qui sont des amis de Philippe Douste-Blazy vont bien devoir faire un choix. Après le deuxième tour, l’heure de ce choix aura sonné.»

François Hollande face à Nicolas Sarkozy. Le second tour a maintenant démarré.

Thomas Simonian

Photos : Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.