Emmanuel Auger ; « Les militants socialistes sont fiers du bilan de Pierre Cohen »

La semaine dernière, il lançait la campagne du PS « Toulouse avance » aux-côtés de François Briançon (président du groupe « Socialiste, Radical et Républicain » à la mairie de Toulouse) et de Joël Bouche (premier fédéral socialiste). Une vaste opération de tractage dans la ville, menée par les militants socialistes, et accompagnée d’un clip largement diffusé sur la toile et les réseaux sociaux. L’objectif avoué : défendre le bilan de Pierre Cohen et lancer la campagne municipale. Quadra engagé formé notamment à l’école du syndicalisme étudiant, Emmanuel Auger est le secrétaire du comité de ville du PS. Un rouage essentiel de la future campagne Cohen, le lien entre la base militante et le Capitole.

Vous venez de lancer une campagne avec le slogan « Toulouse avance ». Est-elle parallèle à celle de Pierre Cohen ?

Elle n’est pas parallèle, c’est une pré-campagne qui nous met en dynamique et qui s’inscrit de manière plus globale dans une campagne de soutien à l’action de Pierre Cohen. Aujourd’hui c’est le PS qui est mis en avant car le maire sortant n’est pas encore investi, pas encore officiellement désigné, et qu’il faut respecter les instances et le calendrier fixé par notre parti… La réalité est que lors des précédentes campagnes municipales, le PS toulousain n’était pas autant en dynamique, pas aussi uni et organisé que nous le sommes à la veille de ce combat. Nous nous sentions prêts pour démarrer la campagne, c’est désormais chose faite.

Une campagne sans candidat, un peu étrange, non ?

Au contraire, cela permet de démarrer cette campagne sur le fond, sur le bilan et les perspectives. Une fois que le candidat sera désigné, on parlera forcément davantage de lui, et même le projet sera alors davantage personnalisé. En cette rentrée, nous avons donc la chance de pouvoir présenter une équipe et un bilan très sereinement ; les Toulousains nous accueillent positivement.

« Ce qui se passe aujourd’hui doit être assez difficile à vivre pour Jean-Luc Moudenc »

C’est donc le top départ pour les militants ?

Oui clairement, car les militants socialistes toulousains sont fiers du bilan de l’équipe Cohen. Elle a déjà mis Toulouse en marche, maintenant elle souhaite que « Toulouse avance ». C’est le slogan de notre campagne. Les militants sont donc là pour faire de la pédagogie auprès des Toulousains. Quand on souhaite transformer une ville, il y a toujours une période difficile avec des travaux qui demandent des efforts à tous… Aujourd’hui avec la rue Alsace Lorraine, le square De Gaulle, la piétonisation de l’hyper-centre ou le tramway, on commence à comprendre ce qu’a voulu faire Pierre Cohen. On observe la transformation.

Cette transformation réclame donc selon vous un nouveau mandat ?

Transformer la quatrième ville de France avec un véritable projet urbain ne peut se faire en une seule mandature. Il faudra au moins dix ans pour commencer à récolter les fruits du travail entamé… L’équipe en place travaille avec des architectes reconnus pour repenser notre centre-ville, et imagine tous les moyens de transports possibles pour réunir l’ensemble des quartiers toulousains autour d’un vivre-ensemble qui n’est pas qu’un slogan. Tout cela demande forcément du temps et les Toulousains en ont conscience. D’ailleurs tout ce qui se passe aujourd’hui doit être assez difficile à vivre pour Jean-Luc Moudenc car Toulouse se transforme sans lui. Tout ce qu’il n’a pas fait, Pierre Cohen le fait. Il doit être un peu chagrin.

Comment analysez-vous l’opposition municipale avec votre œil militant ?

Nous n’avons pas la même vision de la ville… Mais il y a aujourd’hui des réalisations qui font la quasi-unanimité et sur lesquelles l’opposition de Mr Moudenc aura beaucoup de mal à se singulariser. Qui va critiquer aujourd’hui la rénovation de la rue Alsace Lorraine ? Or ce qui préoccupe les Toulousains c’est ce qui fait leur quotidien, la droite n’aurait pas intérêt à se tromper de sujet. D’ailleurs je demande à Mr Moudenc s’il reviendrait en cas de victoire sur la piétonisation en cours du centre-ville … J’ai des doutes.

Vous semblez très remonté concernant votre opposant principal ?

Oui car il penche aujourd’hui clairement vers l’extrême-droite. Il y a d’un côté du cas par cas et du fait divers, du slogan, et de l’autre, la vision globale d’une ville nouvelle, réfléchie et en dynamique. Mr Moudenc semble souvent oublier qu’il n’y a pas de réponses simples à des sujets complexes. Pierre Cohen a un vrai projet pour Toulouse et sa métropole, quel est celui de Jean-Luc Moudenc ? Je ne l’ai pas encore vu.

Vous avez de votre côté des difficultés de dialogue avec les Verts qui ont décidé l’autonomie pour les prochaines Municipales ?

Il faut qu’ils reviennent vers nous, car la ville a été bien gérée pendant six ans collectivement. Nous sommes d’accord à 98% sur la quasi-totalité des dossiers, il est donc dommage de prendre le risque de la division. Quelles sont les grandes lignes de fracture entre nous ? Le parc des expos ou le Stadium… Mais ces sujets font-ils la politique d’une ville ? A chacun de prendre ses responsabilités, mais le PS va laisser la porte ouverte jusqu’au bout. Ils peuvent encore changer d’avis.

Propos recueillis par Thomas Simonian



3 COMMENTAIRES SUR Emmanuel Auger ; « Les militants socialistes sont fiers du bilan de Pierre Cohen »

  1. Lattes Jean Michel dit :

    On retrouve dans les propos de monsieur Auger la stratégie du PS à Toulouse, faire monter le Front National. Les dirigeants du PS 31 vont donc en parler à chaque interview en espérant une triangulaire au second tour… une méthode un peu dangereuse…
    Jean-Michel Lattes

  2. nadot dit :

    Evoquer la transformation de la quatrième ville de France avec un véritable projet urbain, avec déjà la rue Alsace Lorraine, le square De Gaulle, la piétonisation de l’hyper-centre et bientôt le tramway, c’est faire monter le Front national ?
    Vous valez probablement mieux que cela M. Lattes pour faire des commentaires de ce niveau !

  3. Lattes Jean-Michel dit :

    Je pense Nadot que vous n’avez pas lu tout l’article… ou peut être que vous n’avez lu que ce qui vous arrange. Les propos d’E. Auger sont trop proches de ceux tenus par François Briançon pour que l’on puisse parler de “hasard”… Je parlerai pour ma part de “stratégie”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.