Elections européennes : les députés appellent à la mobilisation

A moins de six mois des élections européennes, les députés de la circonscription Sud-Ouest se sont rassemblés vendredi dernier à Toulouse, lors d’une table ronde sur le thème : « Européennes 2014 : Quelles réponses aux attentes des citoyens ? »

Le constat de la démobilisation aux élections européennes s’aggrave avec les années. En 2009, seulement 40 % de la population française se sont déplacés à ce scrutin. Et les prochaines échéances vont souffrir d’un inconvénient majeur : l’ombre des municipales. « Le temps médiatique sera absorbé par ces élections, une pré-campagne doit donc commencer dès maintenant », prévient Françoise Castex, eurodéputée PS, présente à la table-ronde aux côtés de José Bové (Vert), Robert Rochefort (MoDem) et Marie-Christine Vergiat (FDG), élue de la circonscription Sud-Est. L’événement organisé par l’association « Faisons l’Europe » avait pour objectif de sensibiliser le public aux enjeux des prochaines élections européennes (25 mai prochain, ndlr), qui risquent d’être marquées par la montée du Front National.  «Il y a un risque réel que le FN fasse un score important, c’est un effet mathématique de la très forte abstention », analyse Françoise Castex. Pour lutter contre ce phénomène, « la mobilisation de l’électorat de gauche sera capitale car l’électorat français de l’extrême droite sera, lui, mobilisé », plaide Marie-Christine Vergiat.

« Ces élections sont les plus imprévisibles qui soient »

Intéresser les gens à l’Europe, et plus spécifiquement à l’action du Parlement européen est un véritable challenge. « Pour les électeurs, les européennes n’ont pas de conséquences sur les lendemains matins. Ces élections sont les plus imprévisibles qui soient, car les gens s’expriment par impulsion », explique Robert Rochefort. Pourtant l’Europe « fait toujours rêver », selon José Bové : « Ce qui se passe à Kiev, où des milliers de personnes affrontent la police avec des drapeaux européens donne à réfléchir. » De l’intérieur, le rêve est terminé depuis longtemps. La citoyenneté européenne reste à construire, alors que la confiance accordée aux institutions communautaires est en berne. Les facteurs sont multiples : la faute aux « politiques d’austérité » pour les uns, au « manque de transparence » pour les autres. Tous, s’accordent sur la nécessité d’élire un président de l’Union européenne, qui soit commun (et au-dessus) à la Commission européenne et au Conseil des ministres. Aujourd’hui, les eurodéputés dénoncent l’emprise des Etats dans le fonctionnement de l’UE, rendant le système opaque, anti-démocratique et avec peu de cohérence d’ensemble.

Lors de la prochaine campagne, chaque candidat exposera sa propre vision de l’Europe afin de remédier à ces maux. José Bové a déjà fait savoir sa candidature à la candidature, Françoise Castex ne sera pas candidate en 2014 ( faute de l’investiture socialiste). L’ensemble des têtes de liste devrait être révélé courant janvier.

 

Coralie Bombail

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.