EELV Toulouse répond à Philippe Goirand

Le patron des Verts écrit au JT

L’élu toulousain Philippe Goirand avait donné son sentiment, la semaine dernière dans le JT, sur la vie interne de son ancien mouvement. EELV a souhaité réagir via un droit de réponse :

 

Cher Journal Toulousain,

 

EELV Toulouse a pris connaissance avec intérêt de l’interview de Philippe Goirandpubliée dans l’édition du 5 décembre.Avec intérêt et avec étonnement également, à la lecture d’une partie du «chapô» de cet entretien: “Rencontre avec un homme qui défend avec force, son bilan et celui de sa majorité, qui égratigne les stratégies politiciennes d’EELV». Nous notons que lorsque vous reprenez son qualificatif «politicienne» sans l’entourer de guillemets, ce jugement devient une prise de position du journal. Nous étions habitué-es de votre part à plus de neutralité vis-à-vis des invités mais telle est votre liberté. La nôtre est de contester cette interprétation des faits. Tout d’abord, Philippe Goirand «dénonce la décision d’autonomie» d’EELV aux Municipales. Aurait-il oublié qu’il s’est publiquement prononcé POUR l’autonomie lors de l’AG de juin pendant laquelle les militant-e-s ont démocratiquement pris cette décision? Quel élément nouveau a pu le faire changer d’avis depuis ?

Serait-ce l’AG d’ordonnancement des candidat-e-s où il aurait «fait les frais» de «stratégies politiciennes incompréhensibles» : pour être plus clair, il s’est retrouvé mal placé sur la liste des premiers candidats EELV. Philippe Goirand affirme continuer à «avoir un grand respect pour beaucoup de militants écolos» et attribue le choix de ces mêmes militants au résultat d’une «stratégie politicienne ». On a vu des témoignages de respect plus éloquents…Faut-il comprendre que le vote d’une assemblée générale souveraine est démocratique quand il satisfait, et «politicien» quand il déçoit ?

Peut-on être favorable à l’autonomie des écologistes lorsque l’on pense conserver son siège et la condamner publiquement lorsqu’elle ne nous en donne plus toutes les garanties ? Nous considérons que ce serait là un calcul très…politicien ! Nous n’osons penser que ce soit le calcul d’un élu qui a pris la décision de changer de selle en fin de mandat par peur de ne pas rester dans le peloton. Ensuite, nous avons également été surpris du bilan fait par Philippe Goirand de la politique menée en matière de transports.

Sur ce dossier, Philippe Goirand semble également frappé d’amnésie : outre le souvenir de son positionnement pour l’autonomie de premier tour, il semble avoir ainsi oublié qu’il fut un ardent partisan de notre opposition au Plan de Déplacements Urbains (PDU). Certes, la majorité municipale sous l’impulsion des élu-es EELV a engagé un effort sensible, mais insuffisant au regard de l’immense retard accumulé par notre agglomération en matière de transports collectifs. Les élu-es EELV l’ont répété à plusieurs occasions et nous le redirons lors de cette campagne municipale que nous mènerons de façon autonome.

Au cours de leur mandat, les élues EELV ont partagé avec les partenaires de la majorité le souci de l’intérêt général et un attachement profond aux valeurs républicaines. Mais nos cultures politiques sont différentes : EELV place la transition écologique au cœur des politiques publiques, tandis que les socialistes et les communistes considèrent encore l’écologie comme un supplément d’âme juxtaposable à des politiques traditionnelles. Cette singularité a amené nos élu-es à exprimer des divergences sur un certain nombre de sujets pendant la durée du mandat. Nous assumons cette position. Elle est saine dans un débat démocratique qui ne peut, aujourd’hui moins que jamais, se contenter d’un bipartisme à bout de souffle.Le choix de porter notre singularité au 1er tour de cette élection municipale est naturel parce qu’il s’inscrit dans cette trajectoire. Comme dans de nombreuses autres villes, c’est le choix de la cohérence. Cette campagne nous permettra de présenter l’écologie des solutions, pour une ville durable et solidaire. Nous nous tenons à la disposition du Journal toulousain pour expliquer avec soin toutes les facettes de cet ensemble de projets.

 

Amicalement

 

Pour EELV Toulouse

Xavier BIGOT

Secrétaire du Groupe Local

Réponse de notre rédaction : Nous ne répondrons pas bien entendu sur les propos de Philippe Goirand, mais nous nous permettons d’apporter une lumière sur l’utilisation du mot “politicienne” dans notre “Chapo” – préambule à ladite interview. Le “chapo” se veut une synthèse des propos enregistrés, et au vu des réponses de P.Goirand sur sa vision d’EELV, nous avons jugé opportun d’utiliser ce terme. Mais il ne s’agit que du reflet d’un discours, pas de la pensée de notre média qui continue de couvrir cette campagne dans l’objectivité.

Thomas Simonian – Coordinateur de la rédaction du « Journal Toulousain »



UN COMMENTAIRE SUR EELV Toulouse répond à Philippe Goirand

  1. Philippe dit :

    Au moins les choses sont bien claires avec cette mise au point de Xavier Bigot.
    Merci,
    Ah ! L’égo ! Quand tu tiens les êtres humains…
    Et quand l’on sait que Philippe Goirand avait largement accordé des avantages à Decaux pour le vélo et pas trop voulu écouter des utilisateurs et des associatifs, il ne faut pas s’étonner qu’il n’ait pas été choisi…d’où sa déception puis son départ !
    Cet élu n’est pas un écologiste de gauche tout simplement.

    Adishatz ! Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.