EELV s’émancipe

Jeudi dernier les militants toulousains d’EELV (Europe Ecologie Les Verts) ont décidé d’adresser un avertissement à Pierre Cohen, en optant pour une liste indépendante aux prochaines élections municipales : « Nous sommes désormais dans une dynamique de campagne autonome et ouverte » a prévenu Xavier Bigot, secrétaire local de la formation écologiste. Il n’est d’ailleurs pas forcément étonnant d’en être arrivé aujourd’hui à ce désir de liste autonome du côté d’EELV tant les accrocs avec Pierre Cohen (présidence de Tisséo, le Plan de déplacements urbains etc.) se sont succédés au fur et à mesure de l’exercice du mandat municipal en commun. « Nous ne sommes pas dans un esprit de revanche. Nous souhaitons avant tout défendre nos idées » a tenu toutefois à préciser Xavier Bigot, comme pour signifier aux détracteurs que l’envie d’en découdre avec le maire n’est pas supérieure au débat des idées que souhaitent imposer les écologistes au cœur de la gauche plurielle actuellement locataire du Capitole. Le président du groupe au conseil municipal, Régis Godec, n’en a pas pour autant oublié que l’adversaire principal reste la droite et son représentant local, Jean-Luc Moudenc : « Quand la droite était à la mairie, elle a manqué de courage (référence à sa politique sur les transports en commun, ndlr) et ce sont les Toulousains qui en paient le prix fort aujourd’hui. » Même si selon Zita Tugayé, secrétaire adjointe d’EELV Toulouse, « c’est dans notre culture de ne pas personnifier une candidature », les velléités de leadership sont déjà apparues pour porter la future liste. Antoine Maurice, président du groupe écologiste à la communauté urbaine, a déjà entonné un « j’y songe fortement ». Régis Godec a lui pratiqué l’art du teasing : « Je serai sans doute candidat à la candidature. » Et dans le même moment, mais cette fois-ci dans les couloirs de la région, François Simon et Gérard Onesta commencent à sortir les dents… Pour la tête de liste, réponse à l’automne.  Pour les crispations avec les proches de Pierre Cohen, c’est déjà parti : « Garder nos postes d’adjoints, conseillers et vice-présidents obtenus grâce au PS mais partir en solo pour défendre le bilan commun !!! C’est ce que j’appelle « cracher dans la soupe »… » a déjà twitté Jean-Paul Makengo. Ambiance !

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.