[Edito] Un silence qui fait du bruit

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

Les pirouettes de la sarkozie donnent le tournis, voire la nausée. Malgré un beau livre et de belles phrases de repenti, la stratégie de reconquête de l’ancien chef d’État en vue de la présidentielle pourra certainement donner lieu à un nouveau bouquin de ‘‘mea culpa’’… Une des dernières idées en date, nier les attentats perpétrés par Mohammed Merah à la fin de son mandat afin de pouvoir attaquer en toute tranquillité François Hollande sur les tueries qui ont marqué le pays en 2015. Il tente de passer son bilan au Karcher en quelque sorte. On se souvient du temps où Sarkozy était un cador de campagne, où chacune de ses stratégies faisait mouche… Et comme il a la chance d’être entouré de fins penseurs, ‘‘ses fidèles’’ essayent de propager cette théorie. C’est comme ça qu’Éric Woerth en arrive à dire que la tuerie de Toulouse n’est pas un attentat, mais « le crime d’un furieux ». Une finesse politique qui n’a pas manqué de provoquer un tôlé, au niveau local comme national. Les réactions ont fusé : « scandaleux », « inacceptable », « une insulte à la mémoire des 7 victimes de Mohamed Merah », « triste jeu politicien »…  J’en passe et des meilleurs.

« Pas d’arrangements avec l’histoire »

Les condamnations les plus poignantes sont sans doute celles de la droite locale… Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, la présidente de la fédération Haute-Garonne et députée, Laurence Arribagé, tout comme la plupart des élus Républicains du département, se sont distingués par leur silence assourdissant ! Aucun communiqué ou déclaration officielle pour dénoncer ces propos, pour exprimer leur désaccord avec cette vision. Je note tout de même que certains ont eu le courage de briser le silence à l’instar de la conseillère régionale Élisabeth Pouchelon (pourtant sarkozyste) : « le quinquennat de Nicolas Sarkozy a bien vu baisser l’insécurité, mais s’est terminé par un attentat terroriste dramatique dont il doit aussi être comptable », a-t-elle déclaré sur Facebook. Mohamed Merah a attaqué Toulouse dans sa chair, et la déclaration d’Éric Woerth a un écho particulièrement dramatique dans notre ville. Il est du devoir des élus locaux, quelle que soit leur tendance politique, de ne pas accepter ce petit arrangement avec l’histoire. Si la droite se cache sous son petit doigt, le père d’une victime de Merah a porté plainte contre Eric Woerth et Nicolas Sarkozy. La campagne des présidentielles n’a pas encore commencé, mais elle promet d’être propre…

 

 



UN COMMENTAIRE SUR [Edito] Un silence qui fait du bruit

  1. saforcada dit :

    Je ne peux que partager l’éditorial de Coralie Bombail tant je la rejoins sur le fond et sur la forme. Le silence de ce que l’on va nommer “l’arc de droite” est totalement scandaleux.

    Pas un mot du côté des “Républicains” car même dans l’absurdité, dans l’ignominie, il faut rester solidaire surtout lorsque l’on ne sait pas qui va gagner les primaires …

    Pas un seul communiqué, pas un seul mot de la part du Front National. Peut-être que celui-ci n’a retenu que la religion des victimes et donc ne les pas trouvé assez française … ben oui, des juifs et des “arabes” , peu importe qu’ils étaient Français.

    Pas un mot des gaullistes, aussi sourds que muets sur la Haute-Garonne tant il ne faut pas faire de tort à l’un des locataires du Capitole. Pourtant l’unité, la communion nationale, c’est très gaulliste …

    Pitoyable qu’il n’y ait que la Gauche, et France Bonapartiste, pour s’insurger ouvertement … France, Toulouse, ta droite fout le camp …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.