[Edito] Prête-moi ta plume

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

La correspondance a le vent en poupe… Il semble que nos politiques aient remis cette pratique au goût du jour. Dans la campagne des régionales, les comptes se règlent à coup de lettres. Et il y a quelques comptes à régler. A droite, c’est le sénateur Jean-Pierre Grand qui a pris la plume en premier pour signifier à Nicolas Sarkozy que Dominique Reynié ne serait pas éligible… (Rapporter, c’est moche surtout entre petits camarades Républicains). Il en profite pour balancer au passage que Dominique Reynié est « un candidat parachuté qui divise localement ». Le candidat LR s’est défendu dans un courrier directement adressé au sénateur en question, en précisant qu’ « une telle démarche n’a rien de surprenant au regard de votre attitude à soutenir systématiquement la gauche régionale tout en restant adhérent à la droite »… Et toc. Malgré tout, la polémique ne désenfle pas. Dominique Reynié, empêtré dans la constitution de sa liste, n’avait pas besoin de ça. Situation qui a amené Laurence Arribagé, présidente des LR 31, à écrire à la direction de France 3 Midi-Pyrénées pour se plaindre du traitement médiatique de ces polémiques…

« L’art de tailler littéralement des costards »

A gauche, certains candidats s’en donnent à cœur joie. Christophe Cavard, député du Gard ex-EELV, qui lance une liste citoyenne ‘‘Bien commun’’ a littéralement taillé un costard à Gérard Onesta, candidat EELV (allié au Front de Gauche et Parti occitan notamment) de la liste citoyenne issue du « Projet en commun » (toute ressemblance n’est pas une coïncidence). Extrait de la lettre parue dans le Midi-Libre : « tu as préféré diluer l’écologie dans un accord technique qui ne dit pas son nom, qui s’habille maladroitement de communication, de détournements du sens (…) Comment le cartel accepte-t-il ce fonctionnement resserré de ta campagne et la communication personnalisée autour de ta personnalité ?»  Puis il a prêté sa plume acerbe à Mathilde Tolsan, la tête de liste haut-garonnaise de Philippe Saurel, qui s’adresse à la candidate socialiste Carole Delga : « Elle  qui  n’a  jamais  milité  et  que  je  n’ai  croisée  que  très  rarement  dans  des  réunions.  Etre   taxée  d’opportuniste  ou  de  stratège  politicienne  de  sa  part,  j’en  ris  encore. »

Moi qui croyais que les petites phrases et les attaques avaient pour royaume les réseaux sociaux… Quels que soient les progrès de la technique, les stratégies restent les mêmes, à la fois ancestrales et primaires. A l’approche d’Halloween, il semble que nos candidats se transforment en démons… du Midi. Ou de minuit, pour la liste Reynié qui vient d’intégrer Emile d’Emile et Images sur sa liste. Peut-être que la prochaine polémique sera chantée !

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.