[Edito] Les faux culs en action

Thomas Simonian Edito

Ils n’ont décidemment rien compris ! Tous les politiques s’amusent depuis des années à donner des leçons sur comment combattre le FN, sans y arriver dans la pratique. Pire, depuis François Mitterrand, l’entreprise familiale Le Pen prospère lentement mais sûrement … Certaines mauvaises langues (peut-être pas finalement) n’ont même jamais hésité à dire que l’icône socialiste avait joué de cette montée de l’extrême-droite pour contenir le RPR de l’époque. Et si Jacques Chirac a toujours eu un discours clair sur le sujet (« Le FN n’a pas le monopole de souligner les vrais problèmes ») en ayant toujours incité au « Front républicain » lorsque cela s’avérait nécessaire, son successeur Nicolas Sarkozy s’est entêté à détruire cet axe sous l’influence d’un certain Patrick Buisson. Quant à François Hollande il ne dit presque rien sur le sujet … Ce qui nous ferait presque penser à un retour en arrière. Ne prendrait-il pas le risque de parier sur une montée du FN pour faire en sorte que les échecs électoraux annoncés (départementales et régionales) du PS ne soient pas aussi importants que prévu. On n’ose l’imaginer ! Et pourtant, en « off » des socialistes locaux en parlent … « C’est ce qui peut nous sauver », entend-on parfois au gré d’échanges informels et cyniques. Mais n’est-ce pas jouer avec le feu ?

“Face à leur miroir”

Sarko a mal à la tête. Il pensait avoir mis la main sur sa famille politique. Que nenni ! À l’occasion de la législative partielle du Doubs, et de la position à adopter par une UMP qui ne sera pas au second tour, la confusion est revenue au sein de la droite. L’ancien président voulait faire adopter une nouvelle ligne politique de combat face au FN, et s’éloigner enfin des vieux démons buissoniens. Sauf que le scénario envisagé a volé en éclats … Et la majorité de son bureau politique a préféré repartir sur le « ni ni » traditionnel. Ni FN, ni PS. Comme si les valeurs du FN étaient à ranger au même étage que celles du PS. Ouais bon …Pendant ce temps-là, Marine se régale d’un plat qu’elle va faire mijoter jusqu’en 2017.

Inconscience. Les politiques de droite comme de gauche sont donc face à leur miroir. Comme spectateurs d’un mauvais film qu’ils ont eux-mêmes mis en scène. Il faut maintenant qu’ils prennent enfin conscience que le « final cut » leur appartient toujours malgré la crise. Encore faut-il avoir du courage ! Le monsieur te dit qu’il faut avoir du courage … L’oreille reste sourde pour le moment.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.