[Edito] Le retour des citoyens ?

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

Alors que les partis traditionnels préparent activement les futures échéances de 2017 – présidentielles et législatives- les mouvements dits ‘‘citoyens’’ se réveillent. « Faire de la politique autrement », « en finir avec la professionnalisation de la politique », « donner la parole aux citoyens », « renouvellement de la classe politique » sont autant d’expressions malheureusement galvaudées qui sont les leitmotive de ces mouvements. Galvaudées, car reprises abondamment par tous les partis politiques, alors même qu’ils ont à l’origine de ces maux. Une manière de leur faire perdre toute force. Aujourd’hui, ces phrases résonnent dans nos oreilles comme de la langue de bois politicienne. De la soupe. Pourtant elles n’en sont pas moins vraies.

« Bousculer les partis »

Face à ces mouvements, les partis rétorquent le plus souvent qu’ils se résument à une association d’anciens militants ou élus déçus de leur propre appareil à la recherche d’un nouveau tremplin politique. C’est parfois le cas. Mais cela reste une généralité autant maladroite que le ‘‘tous pourri’’ clamé par d’autres. Est-ce que les initiatives citoyennes auraient une chance de bousculer les partis politiques traditionnels ? On verra ce que donne La primaire des Français, dont on n’entend déjà plus beaucoup parler…  Ce rassemblement de plusieurs micros partis (Cap 21, Les Zèbres, La Transition, Nous citoyens, Génération citoyen) a lancé une pétition pour l’organisation d’une primaire en dehors des partis politiques qui désignerait un citoyen comme candidat aux présidentielles. On retrouve une similitude dans les discours tenus, avec le Toulousain Sébastien Nadot candidat du MdP aux présidentielles (Mouvement de progressistes de Charles Hue), mais aussi avec la nouvelle association Le Bien Commun, qui s’implante sur la région après avoir présenté une liste ‘‘citoyenne’’ aux dernières élections régionales. Le problème des initiatives citoyennes est qu’elles sont par essence désorganisées et éparpillées sur le territoire. À défaut d’avoir des moyens importants, un large rassemblement serait un préalable à une quelconque ambition politique.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.