[Edito] L’argent n’a pas d’odeur

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

« On a reçu l’argent », clame Bercy. 308 millions d’euros dans les caisses de l’Etat. Victoire. C’est signé, vendu, on n’en parle plus. Sauf qu’on risque d’en entendre parler encore un moment… Notre aéroport est entre les mains du sulfureux consortium chino-canadien Symbiose. 49,9% vous me direz, l’honneur est sauf. Pourquoi pas, s’il n’y avait pas ce pacte d’actionnaire ‘‘secret’’ (qui ne l’est plus vraiment…) dans lequel l’Etat s’engage à ne jamais contredire une décision prise par l’actionnaire majoritaire. Oublions l’honneur, l’argent n’a pas d’odeur. J’entends déjà les voix qui s’élèvent pour vanter les mérites du privé, sa gestion tellement plus efficace… Stop au préjugé du méchant patron qui vient manger les petits enfants ! Bon là, il a disparu. Je ne sais pas s’il est méchant, mais en tout cas il n’est pas là… Au moins, il ne mangera pas nos enfants. C’est déjà ça. Et puis Manuel Valls a dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter de cette disparition. Alors je ne m’inquiète pas. Bon, il n’a jamais vraiment parlé des deux entreprises du consortium, une interdite bancaire, l’autre condamnée pour corruption. Est-ce qu’il faut s’inquiéter ? J’attends les instructions. A ce niveau, on peut se demander ce qui aurait pu arrêter cette vente sinon une bombe atomique qui pulvérise la planète.

Tendance masochiste

Pendant ce temps, le sommet franco-chinois était organisé à Toulouse la semaine dernière. Hasard de calendrier ou ultime provocation ? Peut-être est-ce la tendance masochiste de nos deux héros nationaux Valls et Macron que de venir en terre toulousaine vanter les mérites de la coopération franco-chinoise… Toutes les grandes entreprises avides de conquérir un peu plus l’empire du milieu plein de promesses étaient là. Le conseil régional a sorti le tapis rouge, a mis les petits plats dans les grands. Tous ces efforts n’ont pas suffi à enrayer la polémique. Il était clair que ce sommet serait hanté par la privatisation de l’aéroport. D’ailleurs, pour calmer les esprits, André Chieng, vice-président du comité France Chine a tenu à s’exprimer sur le sujet : « La question qui se pose est pourquoi les chinois ont investi à Toulouse ? Parce qu’ils pensent qu’il y a un fort potentiel de développement économique, ce ne sont pas des mécènes mais des gens qui veulent gagner de l’argent… » Pas sûr que cela rassure les réfractaires et en particulier le collectif anti-privatisation qui a accueilli ce sommet avec un certain panache. La petite scène théâtrale jouée à la sortie du métro Jean-Jaurès a attiré quelques curieux. Les acteurs ont joué tour à tour, Jean-Luc Moudenc, le journaliste Laurent Mauduit, et… une mariée de force pour représenter l’aéroport. Il est vrai qu’avec cette affaire, il y a de quoi monter au moins une pièce de théâtre, et peut-être même un film.



UN COMMENTAIRE SUR [Edito] L’argent n’a pas d’odeur

  1. Patrick AUBIN dit :

    Mais qu’allons-nous faire dans cette galère ?

    Pour 308 millions d’euros, il est donné à des sociétés la gestion d’un équipement de nature monopolistique sans le consentement des propriétaires. Quand les politiques arrêteront-ils de jouer avec l’argent et les biens que les citoyens français ont acquis ?

    Les politiques ne sont que des représentants de portions du peuple. Nous ne leur demandons de cesser de nous piller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.