[Edito] J’aime toujours pas les blondes

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

Vous allez croire que je m’acharne, mais je suis obligée de récidiver mon constat : je n’aime toujours pas les blondes. Quelques semaines après mon premier édito sur le sujet, les décolorées du bulbe sont encore sous les feux de l’actualité. N’y voyez aucune jalousie capillaire et je m’excuse par avance pour toutes les blondes qui n’ont rien à voir avec tout ça. Evidemment, Nadine Morano devient la championne toutes catégories des blondes, suivie de Barbara Pompili et de Valérie Trierweiler…

La blonde des blondes. J’avais déjà épinglé Nadine Morano la dernière fois, pour avoir comparé la situation des migrants avec la seconde guerre mondiale avec cette phrase : « Heureusement qu’on n’a pas fait pareil en 39-45 ou en 14 ! » (Il est nécessaire de faire une piqûre de rappel, une connerie chassant l’autre). Cette fois, on retiendra la réplique : « La France est un pays de race blanche ». Cela-pourrait lui coûter son investiture aux régionales en Meurthe et Moselle. C’est une première sanction pour l’eurodéputée habituée aux sorties surréalistes, mais visiblement ce n’est pas encore l’heure de l’exclusion…  Pourtant tous les cadres du parti ont participé au lynchage collectif. Mais Nicolas Sarkozy doit avoir conscience qu’elle s’attire les faveurs de toute une partie de l’électorat dit ‘‘républicain’’. Le député FN Gilbert Collard est l’un des rares à avoir pris sa défense. Un signe, non ? Le FN aime les blondes. 

La blonde arriviste. A quelques mois des élections régionales, Barbara Pompili n’a rien trouvé de mieux que de quitter Europe Ecologie-Les Verts. Elle dénonce la stratégie d’alliance de son parti avec ‘‘la gauche protestataire’’ en vue du scrutin de décembre. Elle rejoint ainsi les écolos non protestataires pro gouvernementaux. Un positionnement stratégique ? On ose à peine y croire… Barbara Pompili qui n’a jamais eu qu’une carrière politique doit penser à son avenir. Elle garde en attendant son poste de députée à l’Assemblée nationale avec tous les avantages qui vont avec. Pas folle la verte.

La blonde narcissique. Valérie Trierweiler fait son retour médiatique avec son nouveau style de ‘‘blonde Barbie photoshopée’’ dans un magazine japonais. Ex-première dame, ex-journaliste, Valérie Trierweiler n’a visiblement pas grand-chose à faire de ses journées et ne sait plus comment faire parler d’elle. L’article en question titre ‘‘La renaissance de Valérie’’. On a plutôt l’impression qu’elle creuse sa propre tombe. Triste à voir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.