Droit de réponse à l’éditorial de Philippe Bapt « Et un, et deux et tripartisme », publié la semaine dernière

IMG_2872La gauche haut-garonnaise joue sur les peurs

Dans ces colonnes, le jeudi 26 mars dernier, Monsieur Philippe Bapt se laissait aller à relayer le discours du Premier ministre Manuel Valls dans ce qu’il a de plus caricatural et méprisant à l’égard des cadres et des électeurs du Front National. Il semble que la gauche haut-garonnaise se croit investie d’une mission de salut public pour laquelle tous les moyens seraient permis, y compris les plus vils, tels la calomnie et le confusionnisme idéologique. Un seul objectif les anime : barrer la route aux idées souverainistes véhiculées par le Front National. En revanche, pour l’emploi, la sécurité dans le département, ou la lutte contre le communautarisme, on repassera.

Monsieur Philippe Bapt ne s’est rien refusé pour salir le seul parti qui propose une alternative politique plutôt qu’une alternance entre petits barons locaux. Il a récité avec application le catéchisme complet des supplétifs du pouvoir et autres associations subventionnées (et créées dans les années 1980 par l’ancien président de la République François Mitterrand avec l’aide de Messieurs Harlem Désir et Julien Dray). La formation que je représente ici serait « fascisante » et n’appartiendrait pas au cercle « républicain ». Je suppose que les milliers d’électeurs du département qui ont voté pour nos listes seront heureux d’apprendre qu’ils ne sont qu’à demi français et hors du pacte républicain.

La République est un système politique qui incarne notre nation. Le Front National n’a jamais été une formation séditieuse, bien au contraire, nous avons toujours été respectueux des règles électorales. Nous travaillons à nous faire élire et ne prônons pas la révolution armée ou le putsch, au contraire de certains groupuscules de la gauche radicale. En quoi serions-nous donc « antirépublicains » si ce n’est dans les fantasmes d’une gauche qui sent que le réel contemporain lui échappe et qu’elle n’a plus les solutions pour maintenir notre pays au rang qu’il mérite ?

Le Front National défend nos institutions et la souveraineté de la France car nous pensons que les dirigeants politiques sont les représentants du peuple, élus par le peuple, pour les intérêts du peuple. Nous n’avons pas bradé notre souveraineté nationale à des entités supranationales non élues et non représentatives. Il n’y a pas plus antirépublicain que cela. Pourtant, vous et vos amis de la droite dite « républicaine », avez soutenu et voté les traités qui ont dépossédé les Français de leur pouvoir de décision politique.

Au milieu de la débâcle nationale, la gauche haut-garonnaise surnage grâce à l’aide inestimable du mauvais stratège Moudenc et à notre déficit temporaire d’ancrage local. Nonobstant cette victoire en trompe l’œil, l’avenir appartient aux patriotes car ils sont réellement républicains et se battent pour des idées fortes et transcendantes plutôt que pour des baronnies. Je vous donne rendez-vous aux régionales.

 

Gabriel Robin

Candidat FN sur le canton Toulouse 10 et administrateur du Collectif Culture du Rassemblement Bleu Marine

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.