Dominique Reynié, surprise du chef ou pas ?

Dominique-Reynié

Samedi après-midi à Sète les 40 grands élus de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon ont choisi : C’est donc le politologue Dominique Reynié qui a été désigné pour être le chef de file UMP-UDI-MoDem en vue des élections régionales de décembre prochain. Dans un premier temps il s’est agi, avouons-le, d’une petite surprise. En effet, le trio Stephan Rossignol-Philippe Bonnecarrère-Bernard Carayon semblait favori … Certains imaginaient même le politologue recalé au premier tour. Il n’en a rien été.

Un revirement du Capitole

Nous l’avions annoncé dans la dernière édition du JT (rubrique « Le Landerneau ») quelques jours avant ledit vote : « Certaines langues fuitent aussi sur la position du Capitole qui ne verrait finalement pas d’un mauvais œil la désignation de Dominique Reynié. » Et en effet, le vote a confirmé la tendance. Jean-Luc Moudenc a sans doute lâché dans la dernière ligne droite son ami albigeois Philippe Bonnecarrère, et les voix affidées au Capitole ont donc franchi le rubicon pour soutenir le visage médiatique du politologue.

“L’UDI ne valide pas la candidature de Dominique Reynié”

Le Centre fait monter la pression

Quelques heures après l’issue de ce vote, Jean-Christophe Lagarde a posté un tweet qui fait depuis couler beaucoup d’encre : « Le processus local pour tenter de définir un candidat commun pour la région Languedoc-Roussillon/ Midi-Pyrenées n’engage pas l’ @UDI_off. »On se range derrière cette position”, nous confirme d’ailleurs le président départemental de la formation centriste, Jean Iglesis. En clair, pour le moment l’UDI ne valide pas la candidature de Dominique Reynié. Etrange puisque le sénateur UDI Philippe Bonnecarrère et le conseiller régional UDI Jean-Luc Rivière faisaient partie des prétendants… Il faut donc lire ici une posture purement politicienne qui vise à mettre la pression sur l’UMP concernant d’autres dossiers : En effet les guerres Pécresse-Jouanno (Ile de France) et Sauvadet-Joyandet (Bourgogne/Franche-Comté) ne sont toujours pas tranchées, de même que les candidatures d’Hervé Morin (Normandie) et de Philippe Vigier (Centre) ne sont toujours pas entérinées. Tout ceci ne devrait donc pas remettre en cause le leadership de Dominique Reynié dans notre nouvelle grande région.

Pas forcément une bonne nouvelle pour Carole Delga

La journée de samedi était chargée politiquement. Elle a même été le top départ de la campagne régionale. Dominique Reynié a été désigné leader pour la droite, tandis qu’au même moment les écologistes, réunis à Carcassonne, faisaient de Gérard Onesta leur figure de proue … Et Carole Delga dans tout ça ? Déjà désignée par les siens (même si là-aussi le PRG conteste encore ce leadership) la secrétaire d’Etat était dans l’Aude avec Damien Alary (pdt de Languedoc-Roussillon) pour rencontrer les cadres socialistes. Pour elle, une opposition avec Dominique Reynié n’est pas forcément une bonne nouvelle. Elle aurait sans doute préféré un visage moins médiatique face à elle … Car la présence du célèbre politologue risque fort de braquer les projecteurs sur Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, et d’en faire un enjeu national. Delga-Reynié, le duel est désormais lancé. Avec Louis Aliot (FN) en challenger …



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.