Dominique Faure présente ses femmes

Dominique Faure met en avant des femmes dynamiques de St Orens

C’est une femme qui a décidé de s’opposer à Christian Sempé, le maire communiste de Saint-Orens. Dominique Faure a réussi le tour de force d’unifier l’opposition dans cette ville de l’agglomération. En effet, Marc del Borello et Alain Massa ont enterré la hache de guerre pour faire confiance à cette centriste, femme d’entreprise et ex-sportive de haut-niveau : « Cela paraît fou, mais notre trio fonctionne à merveille, sans ombre au tableau. Notre synergie et notre complémentarité sont une réalité. Notre entente se voit ! » s’enthousiasme Dominique Faure. Depuis de longues semaines, la candidate et son équipe ont donc travaillé en amont pour structurer la campagne et envisager les perspectives : « Nous sommes attendus », nous lance d’ailleurs la tête de liste investie par l’UMP et l’UDI. Aujourd’hui la campagne est bien lancée et la candidate a profité de cette rentrée politique pour présenter ses premiers colistiers qui ont un point commun : ce sont toutes des femmes (Carole Fabre, psychiatre – Maria Laffont, auditeur – Colette Crouzeilles, assistante de direction – Eliane Cubero, ingénieur – Caroline Colomina, juriste et Marielle Gaudois, chef d’entreprise) : « Je voulais dévoiler petit à petit les membres de la liste. C’était l’occasion d’innover en commençant par présenter uniquement des femmes… Très souvent en politique, on raille la parité que l’on considère trop souvent comme une contrainte, alors que c’est une vraie chance. » Dominique Faure se dit parfois surprise de l’accueil réservé par la population de Saint-Orens : « Nos sympathisants sont allés dans les quartiers pour faire remplir un questionnaire, et nous n’avons eu aucun refus. Les gens étaient ravis ! » Favorisant l’interactivité dans sa campagne, la tête de liste s’opposant à la majorité de Christian Sempé va désormais multiplier les réunions thématiques : le 15 octobre sur l’urbanisme et la mobilité puis le 29 octobre sur le sport et la culture. Le 18 novembre, c’est avec toute son équipe qu’elle tiendra une réunion publique pour lancer définitivement une campagne qui s’annonce pour le moins « musclée ». Un bras-de-fer entamé avec panache : « On est passé à la vitesse supérieure. » assure d’ores et déjà Dominique Faure.

Thomas Simonian

 

Un mentor nommé Chatillon

Dominique Faure a pris goût à la politique auprès de Philippe Douste-Blazy : « Il m’a associée avec d’autres chefs d’entreprises à sa réflexion sur les pôles de compétitivité, en particulier sur le pôle Cancer Bio-Santé mais aussi sur ce qui est devenu Aerospace Valley. » Mais son vrai mentor, celui qui l’a entrainée dans cette nouvelle carrière, reste le sénateur-maire  centriste de Revel Alain Chatillon : « J’ai pour lui une profonde admiration. »



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.