Départementales : La modernisation s’invite dans la campagne

lubac

 

Christophe Lubac et Françoise Pouget représentent la gauche toulousaine sur le canton Toulouse 11, aux élections départementales, en compagnie de leurs suppléants Françoise Garcia et Jean-Louis Juan.

Par Simon Pialat

Candidate sur le canton Ramonville – Saint-Agne, Françoise Pouget est catégorique et répond à d’éventuels détracteurs. « Le bilan du Conseil général est bon, il est reconnu et nous voulons poursuivre cette implication très forte. » En binôme avec Christophe Lubac, maire de Ramonville depuis 2008, cette habitante de longue date de l’un des quartiers du canton fait part de son inquiétude quant « à ce que pourraient faire nos adversaires de droite s’ils venaient à être majoritaires ».

Grand imbroglio sur la ligne B du métro

S’il y a bien un point de désaccord avec la droite et le centre, c’est bien celui sur la mise en place d’une troisième ligne de métro : « Mais la priorité est avant tout au prolongement de la ligne B même si la troisième ligne a sa légitimité », explique Françoise Pouget. A en croire les candidats, le plan de financement du projet de prolongement est déjà adopté, et le projet peut être finalisé d’ici quelques années. En revanche, la seule troisième ligne de métro serait beaucoup plus problématique. « Il y a un vrai souci de financement » constate le maire de Ramonville et vice-président de Sicoval, Christophe Lubac. Le projet de Jean-Luc Moudenc nécessiterait un investissement de deux milliard d’euros. Or, « le plan de financement urbain n’est que de 1,3 ou 1,4 milliard d’euros. La véritable question est de savoir comment est-ce qu’on va financer et qui finance ? » explique-t-il.

Quel avenir pour la culture, l’éducation et le milieu associatif ?    

La principale crainte du binôme réside dans la perpétuité des actions menées par le Conseil général, dans les domaines de la culture, de l’éducation et de l’associatif. « Il est dit que nos adversaires souhaitent faire le ménage dans nos finances » commente Françoise Pouget. L’action sociale et la solidarité seraient reléguées au quatrième niveau, bien après les critères financier et sécuritaire. Blasphème pour la gauche : « On ne peut pas seulement se baser sur une action purement financière » précise Christophe Lubac. Pour ce dernier et sa complice de campagne, c’est l’appui apporté aux milieux pédagogique et associatif, et donc aux enfants, aux personnes âgées et handicapées qui pourrait être radicalement remodelé si leurs adversaires venaient à prendre le Conseil général. « Nous avons tenu à ce que la téléassistance à domicile soit gratuite : la droite maintiendra-t-elle cette gratuité ? » s’interroge Françoise Pouget.

Développement durable et numérique

Autre point essentiel, Françoise Pouget rappelle aussi que le développement durable et le numérique sont des axes de campagne essentiels. La carte de la modernisation convaincra-t-elle les électeurs en fin de mois de mars ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.