Départementales : De l’électricité dans l’air sur le canton Toulouse 6

Franck Biasotto et Marie-Jeanne Fouqué

Entre propositions et rumeurs, un canton dont les résultats sont incertains

Biasotto-Fouqué, du terrain et des propositions

Mardi matin, Franck Biasotto et Marie-Jeanne Fouqué (Ensemble pour la Haute-Garonne) tenaient un point presse dans la dernière ligne droite de cette campagne départementale. Au menu de cette rencontre matinale une idée forte, celle du « guichet unique. » Les deux adjoints de Jean-Luc Moudenc proposent en effet des permanences avec présence d’une assistante sociale : « Le département s’est éloigné des citoyens, nous allons ainsi recréer du lien. Nous sommes des élus avant tout de proximité », argumente Marie-Jeanne Fouqué. Le binôme a également pris ses distances avec le discours porté par son propre camp sur d’autres cantons concernant la chasse aux fraudeurs, notamment vis-à-vis du RSA : « La fraude est à la marge. De notre côté nous rencontrons plutôt des gens en détresse sociale que des fraudeurs. » Ce qui n’empêche tout de même pas Franck Biasotto de plaider à une meilleure gestion de l’institution départementale : « On peut faire aussi bien tout en maitrisant mieux les budgets. » Le candidat, par ailleurs adjoint au maire en charge du logement, a profité de ce rendez-vous pour répondre à son adversaire socialiste, Jean-Louis Llorca, qui l’accuse déjà de cumul de mandats : « La mairie et le département sont parfaitement complémentaires, et n’en déplaise à certains je revendique plutôt un cumul de compétences. »

” La mairie et le département sont parfaitement complémentaires

Des tensions palpables

Alors que le tandem menait sa conférence de presse dans son local de campagne, la rumeur commençait à circuler à travers le canton de Toulouse 6. Les remplaçants de Franck Biasotto et de Marie-Jeanne Fouqué, Amokrane Sifer et Carine Metallaoui, se seraient désolidarisés de la campagne en cours. Une information publiée dès le soir même par nos confrères de La Dépêche du Midi. Le motif : des propos racistes auraient été tenus par l’un des candidats titulaires. Sauf qu’en réalité il ne s’agit de la défection que de la seule Carine Metallaoui (Amokrane Sifer aurait été plus que surpris par les événements et se dit toujours solidaire des candidats titulaires) qui aurait adressé un courrier à la préfecture pour faire part de sa décision : « Juridiquement elle ne peut rien faire. Les textes sont clairs : Les candidats sont liés jusqu’au scrutin », nous a répondu Yvette Benayoun-Nakache, coordinatrice de la campagne. Cette dernière ajoute : « Je ne comprends pas cette action car les remplaçants ont été associés à tout depuis le début de la campagne. Nous pensons que tout cela est clairement téléguidé … » Dans le camp d’en face, Jean-Louis Llorca (PS), reste calme mais s’interroge tout de même : « Je n’ai jamais connu une telle situation, même s’il faut rester prudent et ne pas accuser sans preuves. Mais s’il s’avère que de tels propos ont été tenus, alors c’est avant tout répréhensible devant la loi. On sortirait alors du cadre de la République. Je condamnerai toujours avec force des propos racistes ou antisémites. » Hier Franck Biasotto et Marie-Jeanne Fouqué avaient décidé de se mettre en off pour rendre hommage aux victimes de Mohamed Merah … Mais dès aujourd’hui ils sont partis battre de nouveau le pavé. La tension est là, le suspense palpable entre les binômes socialistes et moudenciens. Les électeurs trancheront dimanche.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.