Départementales : A Ramonville, la droite passe à l’offensive

IMG_2805Marion Lalane de Laubadère (Société civile) et Serban Iclanzan (UMP) représentent l’union de la droite et du centre, sur le canton de Ramonville, aux élections départementales.

Par Simon Pialat

Le binôme a la fierté de représenter le renouveau en politique, aux élections départementales. « Nous incarnons, à nous quatre (avec nos deux adjoints, ndlr), ce changement qui a été voulu et Jean-Luc Moudenc nous a fait confiance pour représenter son ancien canton » déclare Manon Lalane de Laubadère, candidate à Ramonville. En premier lieu, elle et son binôme reviennent sur la nécessité d’une gestion financière d’autant plus rigoureuse que l’Etat  baisse les comptes des collectivités. La droite cible une augmentation des dépenses représentant la bagatelle de 265 millions d’euros entre 2007 et 2011. En France, la dette par habitant serait en moyenne de 496 € par tête contre 537 € en Haute-Garonne. Concernant les impôts locaux, ils représenteraient 339€ en moyenne contre 416€ dans le département. « Arrêtons de nous moquer du contribuable ! » dénonce le candidat UMP. Durant toute la campagne, la droite toulousaine n’a cessé d’interpeller son adversaire socialiste sur plusieurs points : des compétences départementales non définies, mais aussi l’arrêt du projet initié par Nicolas Sarkozy, sur le Conseil territorial, pourtant « nécessaire pour la faire la transition entre le département et la région ».

« C’est une baronnie ici, ce n’est pas un département ! »

C’est surtout la fameuse ‘‘Semaine du président’’ (5 jours d’autorisation d’absence exceptionnelle accordés au personnel du Conseil général en hiver ), évaluée à 5 millions d’euros en Haute-Garonne, que le binôme politique a du mal à digérer, « budget qui représente le financement de trois collèges », selon Serban Iclanzan. Ces derniers constituent justement l’une des compétences du département et les candidats déplorent l’absence de financement en faveur des établissements pédagogiques. « C’est une honte, c’est digne de l’Azerbaïdjan ! C’est une baronnie ici, ce n’est pas un département » lance le candidat UMP à Ramonville. Economiquement parlant, Marion Lalane de Laubadère entonne le refrain de l’union de la droite et du centre dont elle fait partie. « Un euro dépensé doit être un euro utile ». La candidate entend poursuivre une politique solidaire, « mais dans de bonnes conditions ». Soit, cibler les personnes qui sont dans le besoin, mieux redistribuer et surtout lutter contre la fraude au RSA : « 20 millions ont déjà été récupérés grâce à cela dans les Alpes Maritimes » ajoute-t-elle. Le message est clair : « arrêter le saupoudrage, le gâchis et les abus, y compris au sein du Conseil général ».

« Le département, c’est aussi les pompiers et les gendarmeries »

Nous voilà arrivés sur le terrain de la solidarité. Les deux candidats à Ramonville entendent agir en faveur des seniors, en assurant le maintien à domicile et l’aménagement des logements. « Il faut aussi favoriser des lieux d’accueil du week-end pour laisser souffler l’entourage qui a besoin d’être accompagné », explique la candidate. En termes d’écologie et de pédagogie, priorité sera donnée à l’application de l’Agenda 21 dans les collèges, et au soutien dans les technologies de l’information et de la communication. En matière de sécurité, l’union de la droite et du centre veut mettre l’accent sur la création d’un fond de vidéosurveillance. Dans les établissements pédagogiques, le binôme souhaite renforcer la prévention des harcèlements. « Le département, c’est aussi les pompiers et les gendarmeries qui sont dans un état de délabrement » explique le candidat UMP Serban Iclanzan, prêchant un renouvellement des cadres de travail pour les fonctionnaires.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.