Copé ou Fillon ? L’UMP 31 est partagée

Le 18 novembre prochain, les militants UMP choisiront le président de leur parti (lire entretien avec Laurence Arribagé page 9). En Haute-Garonne, certains font déjà entendre leur préférence, tandis que le chef de la fédération Jean-Luc Moudenc, préfère ne pas se prononcer afin de « ne pas raviver des divisions internes ». Cela n’empêche pas les membres de l’UMP 31 d’être partagés, « mais pas divisés » précise Pierre Esplugas, porte-parole de la fédération. « On fait partie du même mouvement politique, on a les même valeurs ». Mais alors quelle différence, est-on en droit de se demander ? Tout est une question de « sensibilité », voire de personnalité.  Jean-François Copé représente une « droite décomplexée », il a du « punch », et il est « proche des militants », selon les pro-Copé, Pierre Esplugas et Guillaume Brouquières, le responsable départemental des Jeunes Populaires. François Fillon est « rassembleur » et saura mener « une stratégie d’ouverture et de dialogue avec le centre en vue des municipales de 2014 », estiment les 2 conseillers régionaux Sacha Briand et Vincent Novès. L’un a l’expérience de leader de parti et « a su mener la campagne présidentielle », l’autre a l’expérience de chef de gouvernement et « a défendu des réformes courageuses comme les celle des retraites ». Blanc bonnet ou bonnet blanc ? Une chose est certaine, cette élection est dans tous les esprits, bien distincte de l’échéance suprême en 2017. « Ce n’est pas parce que je soutiens Copé pour la présidence de l’UMP, que je ne voterai pas Fillon aux primaires pour les présidentielles » s’explique Pierre Esplugas. Signe que l’UMP se démocratise… ou manque de leadership ?

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.