Conseil Municipal : Le calme avant la tempête ?

Vendredi dernier les élus toulousains se sont retrouvés lors du Conseil Municipal, alors que la campagne électorale vient tout juste de débuter. Résultat : une ambiance étrange qui sans être électrique était pour le moins tendue. Pierre Cohen a d’ailleurs lancé les débats en mettant en garde sur le climat politique ambiant : «Il est délétère…  Nous avons pu le constater avec les attaques lancées à l’encontre de Christiane Taubira ; il y a une banalisation de l’invective personnelle sans limites. Je souhaite que nous ayons ici une campagne électorale qui puisse se dérouler dans la dignité et le respect. » Comme pour mieux étayer ses propos, le maire avait mis à l’ordre du jour de ce conseil la mise en route d’une action judiciaire suite à la diffusion d’un tract des jeunes de l’UMP qu’il juge « injurieux » à son encontre. La majorité est allée dans son sens, mais le groupe « Toulouse pour tous » de  Jean-Luc Moudenc n’a pas souhaité prendre part au vote. Du côté des non-inscrits, les élus ont sans doute souhaité prendre de la hauteur sur ce dossier : « Quand on ne veut pas faire de politique de caniveau, il n’est pas nécessaire de faire de la publicité à un document que la plupart des Toulousains ignorent», a lancé à l’assemblée la centriste Malika Aradj. Mais le gros sujet de ce Conseil Municipal aura été le Débat d’Orientation budgétaire pour l’année à venir, avec un Pierre Cohen offensif lors du point presse qui aura précédé les débats : « Notre budget sera l’illustration que nos engagements sont tenus, qu’il y a de l’investissement en termes de gros projets et que nous sommes au rendez-vous de la stabilité fiscale. » Des arguments qui n’ont bien entendu pas convaincu le leader de l’opposition Jean-Luc Moudenc : « Votre majorité est le soutien fidèle du gouvernement qu’un nombre croissant de Français désapprouvent… La réalité est que la ville de Toulouse investit moins. » L’ancien maire qui prône une gestion rigoureuse, un principe qui fait écho au dogme de la « dette zéro » érigé sous l’ère Baudis, a eu droit à une réponse signée de l’écologiste Michèle Bleuse : « Le dogme de la dette zéro, c’est celui de l’investissement zéro. » L’argentier du Capitole, Joël Carreiras, a défendu avec pugnacité son bilan tout en taclant l’opposition sur les dépenses en termes de personnel : « Il faut certes rationaliser la productivité mais il ne faut pas faire de démagogie sur ce sujet. » Pierre Lacaze, élu communiste, a profité de ce débat pour préciser : « Ici il n’y a pas de budget d’austérité. » Comme pour mieux défendre la majorité face aux attaques signées Jean-Christophe Sellin, le mégaphone d’un Front de Gauche qui s’oppose au Capitole. D’ailleurs ce Conseil aura permis de constater que les rapports entre communistes et Parti de Gauche sont très chauds. Assis côte à côte, Pierre Lacaze et Jean-Christophe Sellin sont apparus très provocateurs l’un envers l’autre… Chaud ! Maintenant, place à la vraie campagne.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.