Cécile Payan : « On ne laissera pas une troisième victoire à Arnaud Lafon »

  • A Castanet-Tolosan, Cécile Payan mène l’opposition socialiste face au maire Modem, Arnaud Lafon. Candidate en 2008, elle a décidé de ne pas réitérer l’expérience en mars 2014, préférant soutenir le secrétaire de la section locale du PS, Marc Tondriaux. Dans le cadre de notre dossier « Municipales 2014 : Les points chauds de l’agglo », elle s’explique.

 

Pourquoi avez-vous décidé de ne pas vous représenter à la mairie de Castanet-Tolosan ?

J’ai beaucoup donné ! On a mené un combat très frontal la dernière fois et l’opposition demande beaucoup d’investissement. C’est compliqué car il n’y a pas de statut de l’élu, j’ai un travail à côté, une famille, des amis, une vie en somme ! Et puis je pense qu’il faut vraiment faire table rase du passé, repartir vierge de toutes les vieilles rancœurs.

Les socialistes étaient divisés lors des deux dernières municipales. Est-ce vraiment de l’histoire ancienne ?

Les deux échecs ont été traumatisants car les bagarres internes sont toujours plus violentes à vivre que les attaques frontales gauche-droite. Des problèmes de personnalités nous rendaient incapables de nous unir devant l’intérêt collectif. Aujourd’hui, nous avons la volonté de travailler ensemble pour mettre fin à cette gestion de droite qui dure depuis près de douze ans.

Arnaud Lafon est un maire MoDem, trouvez-vous sa gestion libérale ?

Arnaud Lafon est fondamentalement de droite. Son étiquette MoDem nuance sa vraie ligne politique, qui est très libérale. On le voit avec sa manière de gérer le patrimoine immobilier comme un vaste Monopoly. Les équipements se construisent en fonction des promoteurs immobiliers qui veulent bien acheter les terrains.

Pourtant, le maire actuel avance que la gestion d’une commune n’est pas politisée. Etes-vous d’accord ?

Cela vaut pour les petites communes. A Castanet, ville de 12 000 habitants, cette posture n’est plus tenable. Il y a un vrai changement de vision entre une équipe de droite et une équipe de gauche. Quand on gère une ville, les choix sont sous-tendus par des valeurs. Le projet que nous présenterons d’ici la fin de l’année mettra en avant le mieux vivre ensemble. Castanet-Tolosan est entre la ville et la campagne, il faut trouver un équilibre entre la quiétude que les habitants sont venus chercher et la volonté de vivre avec des gens.

Comment expliquez-vous les deux victoires d’Arnaud Lafon dans un bastion socialiste ?

Il a gagné deux fois sur les divisions de la gauche. On ne laissera pas passer une troisième victoire. Il n’a pas convaincu sur un projet, ni sur sa personnalité, ni sur sa ligne politique. Ses échecs aux élections régionales et cantonales sont de mauvais signaux pour lui…

En quoi Marc Tondriaux est-il le mieux placé pour mener une liste socialiste ? Pourrait-il y avoir d’autres candidatures à la candidature ?

En tant que secrétaire de la section PS de Castanet, Marc Tondriaux a déjà entamé les discussions avec les partenaires de la gauche, comme les Verts et le parti communiste. Il est le mieux placé pour mener le rassemblement. Nous espérons avoir le soutien de ces partis mais rien n’est joué. On en saura plus en septembre. Par rapport au dépôt des candidatures pour être tête de liste (dépôt en septembre prochain et vote des militants en octobre, ndlr), il y en a peut-être d’autres qui y pensent… Mais ils devraient renoncer d’ici la fin de l’été.

 

Propos recueillis par Coralie Bombail



UN COMMENTAIRE SUR Cécile Payan : « On ne laissera pas une troisième victoire à Arnaud Lafon »

  1. manset dit :

    Mme Payan en tant que jeune quadragénaire j’aurais préféré que vous meniez la liste pour les municipales. Je plaisante !! euh non en fait ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.