Catherine Lemorton Députée PS de la 1e circonscription

Les électeurs viennent de vous renouveler leur confiance. Est-ce la réussite d’une campagne axée sur votre bilan, votre programme, et non sur votre adversaire ?

Cette victoire est avant tout celle de François Hollande. Les Français ont été logiques et cohérents, ils ont validé le fait qu’une cohabitation n’avait pas de sens. Je crois qu’il y a eu également l’effet d’une droite modérée, républicaine voire du centre qui ne s’est pas reconnue dans la dérive «droitière» de Mr Sarkozy. Je l’ai beaucoup entendu sur le terrain… Ensuite, d’un point de vue local, je me suis appuyée sur un bilan et une proximité. Les gens m’aiment bien ! Vous savez pendant le porte-à-porte, une personne sur trois m’interrogeait sur le médicament… Alors nous pouvons parler des méthodes «marketing» de mon adversaire, mais moi je préfère le contact humain. Les électeurs ne sont pas prêts à recevoir des messages électoraux sur leurs répondeurs téléphoniques. Cette campagne s’est retournée contre Sacha Briand. Beaucoup se sont sentis «violés» dans leur intimité. De plus, ce message était «truffé» de mensonges car non, je ne suis pas pour la légalisation du cannabis aujourd’hui. Le concernant, ce n’est plus du mépris, c’est de l’indifférence. Mr Briand est allé trop loin. C’est une personne nuisible à la vie politique.

Votre adversaire de 2007, Jean-Luc Moudenc, a été élu sur la 3e circonscription. Une mauvaise nouvelle pour Toulouse en vue des Municipales ?

C’est avant tout le résultat d’un redécoupage de cette troisième circonscription pour le moins politicien. Il fallait une circonscription pour Jean-Luc Moudenc, nous voyons bien le résultat ! Aujourd’hui la réalité est que celui que j’avais éliminé en 2007, celui que Pierre Cohen avait précédemment battu et à la législative puis à la mairie, re-rentre… Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Nous allons devoir être vigilants. Va-t-il utiliser son mandat de député pour reconquérir la mairie, ou va-t-il être un vrai député avec toutes les responsabilités qui en découlent ? Je serai le relais de Pierre Cohen pour l’alerter de l’action de Mr Moudenc. S’il ne me fait que des questions d’actualité et qu’il ne participe pas au travail en commissions, je le verrai vite.

Quels sont les sujets sur lesquels vous souhaitez vous impliquer ?

Je viens de poser ma candidature auprès du groupe socialiste pour devenir présidente de la commission des Affaires sociales. Le champ d’action y est très large. Cela touche le quotidien de nos concitoyens : emploi, santé, politique de l’enfance et de la famille etc. Cette commission est interministérielle. Passionnante. Ma candidature est celle qui provoque le moins de remous, j’y crois. Je serai une présidente rassembleuse, respectueuse de l’opposition.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.