Avril : Quand présidentielles et législatives se confondent

A trois semaines du premier tour de la présidentielle, le bal des meetings fait valser Toulouse du rose au rouge. Le 5 avril, la « Mélenchon mania » déferle sur la ville et plante ses drapeaux place du Capitole. Centre et droite crient au scandale et dénoncent une «privatisation de l’espace public» à des fins politiques : «la place du Capitole est un lieu symbolique de rassemblement pour tous les Toulousains et ne saurait faire l’objet d’une appropriation par un quelconque parti politique.» Mais, fin de non-recevoir pour l’UMP31 puisqu’un mois plus tard, c’est le candidat Hollande qui à son tour, investira les lieux.

Petit détour par la place du Salin cette fois. Passage plus discret pour José Bové ? En apparence seulement car le porte-parole d’Eva Joly est très remonté contre un «ego très franco-français» qui selon lui ressort de cette élection : «on est en train de vivre un vrai scandale. Cette présidentielle très compliquée, très bizarroïde est un vrai hold-up nationaliste ! Qui plus est, elle se passe sur des têtes de gondole. Ce n’est pas le projet qui compte mais celui qui accrochera le plus la lumière.» déclare-t-il en marge d’un rassemblement de soutien à la candidate d’Europe Ecologie les Verts et d’une table-ronde consacrée à l’empoisonnement des agriculteurs par les pesticides.

 

Francazal : du cinéma ?

 

De leur côté, les candidats aux futures législatives de juin n’en finissent pas de se bousculer aux portes des médias. La Haute-Garonne n’en compte pas moins de 132, avec un focus particulier sur la troisième circonscription et le duel Moudenc/Simon, ainsi que sur la neuvième où le PS Thierry Cotelle dénonce «l’auto-parachutage» d’Ile-de-France, d’un (camarade ?) socialiste : Christophe Borgel.

Autre dossier qui fait aussi et de plus en plus parler tout Toulouse : le projet Hollywood sur Garonne à Francazal, imaginé en collaboration avec les studios américains Raleigh. Belle opportunité pour les uns, mauvaise fiction pour les autres, chacun à ce stade y va de son commentaire sur la démarche entreprise par l’architecte et féru de cinéma Bruno Granja.

 

Retour à Ozar Hatorah

 

Retour à la triste réalité. C’est aussi en cette mi-avril que le président de la communauté juive de Toulouse, Arié Bensemhoun, revient dans nos colonnes sur la tragédie du 19 mars à l’école Ozar Hatorah : «Il y a eu un avant et il y aura un après cet attentat… Par définition, une plaie se referme toujours, mais la cicatrice reste visible tout le temps. Nous ne pouvons plus vivre de la même manière. Ma priorité est de permettre à cette communauté (juive, ndlr) de continuer à vivre normalement et dignement au sein de notre cité. Mais cela va être compliqué.» En tout, sept personnes dont trois enfants, sont tombées sous les balles de Mohamed Merah à Toulouse et Montauban.

22 avril, 20h : François Hollande (PS) est en tête du premier tour des présidentielles (28,63% des suffrages) devant le président sortant UMP Nicolas Sarkozy (27,18%). Marine Le Pen pour le Front national est en troisième position avec 19% des voix. A la Fédération socialiste de Haute-Garonne, le grand chelem est déjà dans les têtes. Place désormais au second tour…

 

Claire Manaud

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.