Attaqué par des confrères: Le Maire contre-attaque

«Ce qui a été écrit me touche.» Pierre Cohen n’aura d’ailleurs pas mis longtemps à répondre à nos confrères du site «Carré d’Info» (qui ont mis en ligne l’affaire le 11 octobre) et de «La Dépêche du Midi» qui a emboîté le pas le 13 octobre. L’accusation portait sur les indemnités du maire de Toulouse, qui au gré d’une délibération (la n°60) adoptée le 6 juillet dernier (et non le 12 comme indiqué dans la DDM) en conseil municipal, se sont vues connaître une embellie. Lors d’un point presse Pierre Cohen a tenu à rétablir sa vérité : «C’est un sujet qui me tient à cœur. J’ai toujours été sensible à la manière dont les élus se comportent en termes d’éthique. Cette décision est totalement transparente et je n’ai pas fait croître mes ressources.» Mais pourquoi ces indemnités ont-elles été ainsi relevées ? Afin de se mettre en conformité avec la révision des statuts du PS (adoptée en 2010) et la volonté de l’ex-patronne du parti, Martine Aubry, le premier magistrat toulousain avait fait le choix de ne pas briguer en juin dernier un nouveau mandat parlementaire sur la troisième circonscription. Or, avant le mois de Juillet, Pierre Cohen cumulait 5400 euros en tant que député et 2300 euros en tant que maire, soit des indemnités totales de 7700 euros. Aujourd’hui, et après ce vote en conseil municipal, il se voit rétribué de 1070 euros en tant que maire et de 4800 euros au titre de président de la communauté urbaine, soit un total de 5870 euros. Beaucoup de bruit pour rien alors ? Sans doute, mais aussi le reflet d’une pré-campagne municipale qui a bel et bien démarré dans une tension particulière : «J’y vois une attaque personnelle» déclare d’ailleurs Pierre Cohen.

Thomas Simonian – @tsimonian

L’œil de notre chroniqueur éco

Patrick Aubin critique le système

«Les élus jonglent avec l’enveloppe maximale qui leur est possible d’obtenir de par la loi. D’une certaine façon cela reste du traficotage avec l’argent du contribuable. Le système en place pousse nos élus à devenir vénaux ! Or ce n’est pas parce que l’on cumule des fonctions que l’on doit cumuler des indemnités. Certains pensent même avoir un salaire ! L’objet de l’indemnité est détourné. Il faut vraiment que le gouvernement s’attaque au statut de l’élu, c’est un vrai chantier.»



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.