Après Malvy, le double défi : la fusion et les élections

A la loupe Thierry-Suaud @SSARRATOptimiste. Alors que Martin Malvy ne briguera pas un nouveau mandat à la tête de la Région, Thierry Suaud, président du groupe socialiste au Conseil régional préfère penser à l’avenir. Et il le voit plutôt en rose sur la future grande région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon.

 

Il ne tient pas à « commenter » la décision de Martin Malvy, mais pour la gauche régionale cette annonce résonne comme un défi supplémentaire. La droite a le vent en poupe alors que le PS peine à rassembler ses alliés et souffre de l’impopularité gouvernementale. Le tout sur fond de réforme territoriale à accomplir dans l’année ! Pourtant, Thierry Suaud reste optimiste : « Nous allons continuer à œuvrer pour préparer la fusion, nous avons tissé des liens avec les socialistes du Languedoc-Roussillon », affirme-t-il. Les rendez-vous sont pris entre les différentes équipes « pour préparer un projet et une stratégie ». S’il y a eu certaines inquiétudes du côté languedocien, l’élu soutient qu’ « on a bien démontré qu’on n’était pas dans l’annexion mais dans la fusion ».  En ce début d’année électorale, le message est clair : « Dépasser les individualités, être dans le collectif » et l’objectif commun : « une région qui reste à gauche ».

« Il va falloir réinventer la manière dont on va mener campagne »

Politiquement, le challenge est compliqué. Les socialistes des deux régions sont appelés à voter pour leur candidat le 5 février prochain. Carole Delga, secrétaire d’Etat en charge du commerce et de l’artisanat, est déjà annoncée comme favorite, sous réserve d’autres candidatures… « On n’écarte aucune hypothèse », assure le président de groupe qui ne se prononce pas davantage sur le sujet. La campagne devrait commencer après les élections départementales de mars prochain. Sera-t-elle plus difficile sans Martin Malvy ? « Ce ne sera pas pareil, il va falloir réinventer la manière dont on va mener campagne », répond Thierry Suaud en pesant ses mots.

 



UN COMMENTAIRE SUR Après Malvy, le double défi : la fusion et les élections

  1. Pronzato dit :

    Mr Malvy a certainement choisi la bonne solution. Il a droit au respect pour un travail bien accompli. Il a l’intelligence de savoir se retirer en fonctoon de son âge ce qui n’est pas le cas de beaucoup de politiciens.
    C’est à la sagesse qu’on reconnait un homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.