Antoine Maurice : « Je veux mener une campagne accessible à tous »

 

Antoine Maurice représente, avec son binôme Michèle Bleuse, Europe Ecologie – Les Verts aux prochaines élections municipales. Il mène la liste Toulouse Vert Demain, avec un calendrier chargé d’ici mars 2014.

 

Comment se passe le début de votre campagne de terrain ?

La campagne de terrain a débuté dès notre désignation en septembre dernier. Nous avons interviewé les Toulousains pour savoir comment est la ville de leur rêve. Ce qui a beaucoup alimenté notre projet. Puis nous avons commencé à tracter sur les marchés afin de présenter notre binôme et les premières grandes idées. Je pense qu’il y a une sympathie des gens pour les écologistes. Ils apprécient notre audace et notre courage d’avoir su proposer une voie alternative, une autre manière de faire de la politique.

Quelles sont les prochaines grandes étapes de votre campagne ?

Le 22 janvier, nous présenterons notre projet, puis nous dévoilerons la liste début février. Dès ce jeudi, on organise des « apéros écolos », tous les 15 jours (le premier a lieu ce soir au café des Folles saisons) dans différents quartiers de la ville. On prévoit également des « apéros débats » une à deux fois par mois, et des projections débats à l’Utopia. Ces rendez-vous visent à toucher tous les publics. Nous n’aurons pas de local, car il fallu faire des choix d’ordre financier, mais également parce que l’on considère que c’est à nous d’aller vers les Toulousains et pas l’inverse.

Quelle sera la composition de votre liste ?

Notre liste sera à l’image des Toulousains. Elle représentera la diversité des générations, des catégories socioprofessionnelles, des quartiers… Elle sera surtout un signal du renouvellement politique. Pour l’instant, nous partons avec le Parti pirate et Bastir ! (occitan, ndlr), mais peut-être que d’autres nous rejoindront demain. Nous restons ouverts à la discussion. Avec le Parti de Gauche, le rassemblement semble compliqué, en revanche, nous discutons toujours avec des composantes du Front de Gauche. Un mouvement issu d’une « dynamique de quartiers citoyens » pourrait également intégrer nos rangs.

Dans votre programme, pouvez-vous nous citer vos grandes priorités ?

L’emploi est la première préoccupation et les collectivités ont un rôle à jouer dans ce domaine. Il faut engager la diversification de notre économie, aujourd’hui dépendante du secteur aéronautique. La réhabilitation énergétique des logements sera une manière de créer des emplois. Il faudra également accorder davantage de financement à l’économie sociale et solidaire, qui représente aujourd’hui 12% des emplois. Une de nos priorités budgétaires sera les transports avec un « plan Marshall » des transports en commun. On a trente ans de retard en la matière, ce mandat a permis des avancées mais il faut des ambitions plus fortes. Enfin, nous avons une autre vision de la démocratie locale à proposer : le partage des responsabilités entre les élus, davantage de coopération, et non la compétition, entre les collectivités territoriales, mais aussi l’association des citoyens aux décisions pour dépasser la simple consultation.

La première chose que vous ferez si vous êtes élu…

Je changerai la manière dont est disposé le conseil municipal : le maire et les adjoints en hauteur et les conseillers délégués qui entourent l’opposition, comme si elle était dans une fosse aux lions. Ce n’est pas un bon agencement pour le débat démocratique. Il faudra pour cela sûrement changer de lieu. La salle est belle, mais elle n’est plus adaptée.

Pensez-vous que la campagne sera respectueuse ?

C’est ce que je souhaite, une campagne qui débatte du fond et qui ne tourne pas à l’affrontement stérile ou aux attaques personnelles. Je ne suis pas un adepte des petites phrases et d’ailleurs je ne sais pas les faire !

 

Propos recueillis par Coralie Bombail

CV

En 1999, Antoine Maurice, 18 ans, s’engage chez les Verts.

En 2003, il obtient une maîtrise en droit social, et l’année suivante, un DESS en gestion du personnel. Pendant trois ans, il exerce en tant qu’assistant en ressources humaines, puis comme juriste en droit social. En 2008, il se présente aux élections municipales. Il devient conseiller délégué à l’éducation et à l’environnement au conseil municipal. Il est également vice-président de la communauté urbaine de Toulouse Métropole.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.