Alternative citoyenne : quelle perspective pour les régionales ?

A la loupe

Bataille. Le rassemblement inédit des Verts, du Parti de Gauche et de Nouvelle Donne aux élections départementales sous l’étiquette Alternative citoyenne peine à se reconstruire pour les prochaines régionales…

 

EELV a cassé l’ambiance. Alors que les Verts étaient partie prenante du mouvement Alternative citoyenne aux départementales, ils ont déjà annoncé la construction d’une liste  indépendante (dont le conseiller régional Gérard Onesta est pressenti pour en prendre la tête)… Même si aucune alliance avec d’autres partis de gauche n’est exclue, le processus de désignation des candidats ne passera pas par les assemblées citoyennes. Retour aux logiques traditionnelles des négociations entre partis. Quid du nouveau mouvement ? Il se poursuit coûte que coûte. Un appel pour ‘‘le rassemblement citoyen et politique en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon’’ est lancé. « Il a obtenu environ 1000 signatures sur les deux régions, que ce soit des militants EELV, PG, ou ND », nous apprend Romain Jammes, membre du Parti de Gauche à Toulouse, impliqué dans Alternative citoyenne. « Nous allons essayer d’organiser une grande réunion hors de Toulouse avec toutes les personnes intéressées sur les deux régions en juin », poursuit Sophie Nicklaus, militante EELV candidate Alternative citoyenne aux départementales. A minima le mouvement citoyen pourrait être force de proposition « sur toute la partie programmatique », espère-t-elle, à condition que les partis arrivent à s’entendre. « L’idée c’est qu’on impulse des dynamiques citoyennes et que les partis en viennent à les soutenir plutôt qu’à se renfermer sur eux-mêmes », renchérit Romain Jammes.

L’idée c’est qu’on impulse des dynamiques citoyennes

Les régionales sont un chantier énorme pour un jeune mouvement comme Alternative citoyenne : « Si ces initiatives commencent à émerger un peu partout, coordonner tout cela sur les deux régions va prendre du temps », reconnait l’écologiste, « pour l’instant chacun essaye de prendre des contacts via son réseau mais on est encore immature de ce côté-là ». En outre, la question des moyens se pose : « Pour les départementales, on a dépensé en moyenne 5000€ par candidat et on a eu le soutien financier des partis, là il faut un budget astronomique pour les régionales donc c’est très compliqué », poursuit-elle. Pour autant, pas de défaitisme chez les militants ‘‘pro Alternative citoyenne’’ : « On va poursuivre notre travail de compte-rendu des conseils départementaux, et essayer de rencontrer les élus pour leur soumettre des idées qui ont émergé en assemblée citoyenne », explique Sophie Nicklaus. Un travail de longue haleine. Et qui sait, « si on arrive à se rassembler, à créer une dynamique comme celle des départementales, gagner n’est pas de l’ordre du fantasme », conclut Romain Jammes.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.