Ahmed Chouki, candidat de « la vraie gauche »

Alors que les municipales approchent, les déclarations de candidature se poursuivent. Le 24 janvier dernier, Ahmed Chouki est entré dans la course avec une liste qui rassemble le NPA, L’Issue des sans voix, la République du cœur, Force citoyenne, des militants associatifs et des personnes de la société civile. Une dynamique forte pour défendre la problématique particulière des quartiers.

 

La liste « Toulouse en marche », menée par Ahmed Chouki, a un message à porter, un combat à gagner. Celui des quartiers. Le candidat, qui a grandi à La Reynerie, est aujourd’hui consultant en système d’information et président du club de foot en salle, UJS 31 (Union des Jeunes Sportifs). Ahmed Chouki, 30 ans, ne s’est jamais encarté dans un parti, « mais j’ai des affinités fortes avec la vraie gauche. Le Parti socialiste, ce n’est pas la gauche », précise-t-il. Il aurait pu alors s’allier avec d’autres listes, comme celle d’Antoine Maurice (EELV) ou de Jean-Christophe Sellin, qui représente le Parti de Gauche (et d’autres composantes du Front de Gauche sans le Parti Communiste). Si les convergences sur le fond existent, particulièrement avec Jean-Christophe Sellin, le candidat se défend d’être dans la même démarche, « car lui, envisage de se rallier entre les deux tours tandis que nous ne sommes pas dans la négociation politique, nous avons des revendications. » La numéro de sa liste, Hegoa Garay (NPA), ajoute : « Nous voulons peser sur la campagne et pas sur le PS au second tour. »

« On ne s’arrêtera pas le 31 mars »

L’équipe d’Ahmed Chouki travaille actuellement sur plusieurs grandes thématiques, dont celle de l’emploi. « La mono industrie est un gros problème, on nous vante le Canceropôle mais en réalité il y a eu plus de redéploiements de salariés que de créations d’emplois », soulève le candidat. La liste prend également position contre « les licenciements abusifs. On soutient toutes les initiatives de salariés qui défendent leur emploi », précise Hegoa Garay, qui dénonce par ailleurs « l’argent public investi dans les grandes entreprises et qui ne profite pas aux habitants. » Etablir une « démocratie participative » avec « la possibilité pour les habitants de décider » est certainement LA priorité du futur programme. Ils dénoncent un certain nombre de projets réalisés sans réelle concertation avec la population, comme «le Grand projet de ville » ou encore « la maison de l’image, décidée au détriment des autres priorités du territoire », selon Ahmed Chouki. La liste « Toulouse en marche », sera également force de proposition sur tout ce qui concerne le milieu associatif, avec l’objectif « d’établir une équité en termes d’équipements et de subventions » entre les structures. Le candidat présentera enfin des propositions concernant le logement et la solidarité. Il reste à peine deux mois à Ahmed Chouki et son équipe pour finaliser leur programme et mener campagne auprès des Toulousains. Un timing serré, « mais nous aurons tout de même le temps d’organiser des actions coup de poing », annonce Hegoa Garay. D’autant que « nous, on ne s’arrêtera pas le 31 mars », prévient le candidat.

 

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.