3 questions à Serge Laroze

 Responsable départemental du FN

Toulouse vient de vivre à l’heure du congrès du PS. Attendiez-vous quelque chose de cet événement ?

Le Front National n’attendait rien de ce congrès. Malgré les difficultés actuelles, ils ont tout de même réussi à soutenir ouvertement le gouvernement… Mais je sais par de nombreux retours et par la presse que la base n’est pas du tout satisfaite. Ce gouvernement surendetté n’est plus maître de la situation.

A droite, c’est la guerre Copé-Fillon qui fait rage, avec une droitisation des discours. Est-ce une course derrière le Front National ?

C’est assez amusant… Ils découvrent aujourd’hui que le principal racisme en France est le racisme anti-blanc. Quand nous disons ça au Front, c’est toujours excessif, xénophobe et exagéré. La réalité est qu’ils nous courent tous après, y compris la gauche lorsque le ministre Montebourg se met à défendre le «made in France» Cela fait juste quarante ans que Jean-Marie Le Pen crie à qui veut l’entendre qu’il faut acheter français. La gauche comme la droite découvrent des choses de bon sens. Les faits sont têtus, la réalité incontournable.

Confirmez-vous que le FN sera bien candidat aux municipales de Toulouse en 2014 ?

Je le confirme. Le Front National ou le Rassemblement Bleu Marine seront bien présents en 2014… J’en serai peut-être d’ailleurs la tête de liste. Notre présence ne va pas faire le jeu de l’UMP, mais de toute façon ce parti est aujourd’hui en pleine décomposition. Ils perdent des plumes jour après jour.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.