3 Questions à Nicolas Tissot

Adjoint au maire de Toulouse

Candidat au poste de premier secrétaire départemental du PS

 

Cette élection à la tête du PS 31 qui vous oppose à Joël Bouche paraît perdue d’avance. Quel est donc le sens de votre candidature ?

Je suis issu de l’aile gauche du parti, mais ma candidature rassemble largement au-delà de ma motion. Je compte avec cette élection aller au bout des débats, et démontrer que le candidat favori l’est moins que ce que l’on dit.

 

Vos différences avec l’autre candidat ?

Contrairement à ce que mon concurrent a déclaré, je ne crois pas que nous ayons des visions différentes sur le pouvoir d’achat ou sur le soutien au gouvernement. Par contre, pour que le gouvernement réussisse, je pense que le PS ne doit pas se borner au soutien à l’action gouvernementale. Quand Sarkozy était au pouvoir, l’UMP était plus à droite que le gouvernement, et cela lui permettait d’aller toujours plus loin ! Aujourd’hui, le gouvernement est seul face aux «Pigeons» et au Medef. Le parti doit porter la voix des millions de salariés qui ont voté pour nous.

 

Et au niveau local ?

La tâche du premier secrétaire fédéral est de mettre les militants au cœur du parti. Pour cela, je propose cinq axes qui serviront de base à un plan d’animation fédéral : la rénovation, l’organisation d’un événement fédérateur, une communication renforcée entre la fédération et les militants, la démocratie interne, et enfin la mise place d’un comité de liaison avec les autres partis de gauche.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.