3 questions à… Marie-Claire Danen

Marie-Claire Danen

Candidate du Parti chrétien démocrate sur la 3e circonscription

Vous avez annoncé votre candidature aux élections législatives. Quelle est votre motivation ?

La crise qui secoue la France n’est pas seulement une crise économique. C’est aussi et d’abord une crise sociale, politique, culturelle et éthique. Le 6 mai dernier, notre pays a décidé de confier sa destinée au candidat socialiste et à ses alliés écologistes et leurs premières mesures viennent d’être annoncées et, déjà, des menaces lourdes pèsent sur notre avenir, celui de vos enfants et de notre société. Il est grand temps de se lever et de résister sur la base de convictions et de valeurs claires. Une autre voie existe entre le socialisme dogmatique et le libéralisme débridé : la voie démocrate chrétienne, celle du réalisme et du respect de la personne humaine. Candidate investie par l’UMP en 2007 dans la 3e circonscription, près de 43% des électeurs m’avaient alors accordé leur confiance. Je veux aujourd’hui honorer cette confiance, et proposer aux habitants de la 3e circonscription un projet politique qui place l’homme au cœur de toutes ses décisions.

 

Votre candidature ne va-t-elle pas handicaper Jean-Luc Moudenc au premier tour ?

Ma candidature n’est pas conduite contre Jean Luc Moudenc. Notre adversaire commun, c’est la gauche. Ma présence à cette élection est un moyen de mobiliser plus largement à droite et de poursuivre le débat sur les valeurs. Je ne veux pas que cette campagne pour les élections législatives soit l’occasion d’accroître les querelles de personnes. La France a besoin qu’on lui montre une droite diverse et complémentaire.

François Hollande président, cela vous inquiète ?

Pour être en mesure de gouverner, François Hollande a besoin d’une Assemblée nationale au service des réformes calamiteuses qu’il veut engager. Et s’il n’obtenait pas cette majorité qu’il réclame ?

Et si le changement n’était pas pour tout de suite ? Nous devons nous battre pour faire échec à cette majorité des forces de gauche que réclame le Président de la République.

Nous allons nous battre pour rentrer dès maintenant en résistance. Après le Front de gauche, nous allons lancer le Front de droite.

Propos recueillis par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.