3 questions à Jean-Michel Lattes

Porte-parole de « Toulouse Avenir » (l’association de Jean-Luc Moudenc)

Manipulez-vous la fronde actuelle autour du projet de BHNS (Bus à Haut-Niveau de Service) ?

Quand il y a une masse de population aussi importante concernée par cette fronde, je ne vois pas un homme politique en capacité de manipuler autant de monde… Il a même fallu un Zénith pour la réunion publique sur ce projet. Or manipuler de quoi remplir un Zénith, donnez-moi la recette, cela pourrait nous être utile pour l’élection à venir ! (Rires) La réalité est que l’on touche là au quotidien des gens.

Les socialistes parlent souvent d’hyper-droitisation de Jean-Luc Moudenc et de sa liste…

C’est là toute la stratégie du PS toulousain ! Ils se disent, « si le FN est à 12%, ça nous arrange bien… il y aura ainsi une triangulaire »… Mais que reproche-t-on en fait à Jean-Luc Moudenc ? De parler de vidéosurveillance ? Oui, mais comme le font aussi Bertrand Delanoë et Gérard Collomb. De parler de sécurité ? Oui, mais comme le fait également Manuel Valls. Nous sommes dans une scénarisation stratégique du retour aux années Mitterrand. Faut-il laisser pour autant au FN le monopole de certains sujets ? Je crois que Manuel Valls a bien compris qu’il ne le fallait pas, François Briançon pas tout à fait…

La page Baudis ne se tourne-t-elle pas dans la droite toulousaine ?

Dominique Baudis incarnait à lui seul la ville de Toulouse. Dans l’avenir, à droite comme à gauche d’ailleurs, je pense que ce seront désormais des équipes qui incarneront au mieux la ville de Toulouse…

Propos recueillis par Marc Sztulman, Thomas Simonian et Gérald Benarrous

 

 

 



UN COMMENTAIRE SUR 3 questions à Jean-Michel Lattes

  1. Theron dit :

    Quel article ! Et quelle vacuité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.