3 questions à Jean-Michel Lattes

Porte-parole de «Toulouse Avenir», l’association présidée par Jean-Luc Moudenc

La majorité de Pierre Cohen vous accuse d’avoir pris du retard sous les mandatures précédentes en termes de transports. Que répondez-vous ?

Je leur dis de regarder les statistiques. Elles sont très claires et montrent que la plus grosse part des transports en commun à Toulouse se fait par le métro. Or le métro c’est nous et pas Pierre Cohen ! Il faudra regarder en fin de mandat, quelle aura été la part gagnée par le maire actuel en comparaison avec celle que nous avions réalisée. Le résultat sera dérisoire.

Quelle tête de liste pour la droite en 2014 ?

Ce n’est pas un secret, je suis un ami ancien de Jean-Luc Moudenc. Il y a des éléments concrets qui font qu’il est le meilleur choix possible. La tête de liste doit être capable de gagner une élection sur son nom. Or, il vient de remporter les législatives, et on l’oublie trop souvent, il avait auparavant gagné deux élections cantonales. Ce sont des éléments à prendre en compte, et  qui font de Jean-Luc le choix le plus cohérent. Une personnalité qui n’aurait jamais été élue sur son nom comme tête de liste, ça poserait problème.

Jean-Luc Moudenc et Christine de Veyrac doivent-il être ensemble pour ce combat ?

Je le crois. Il faut que Christine et Jean-Luc puissent se rapprocher, et trouver le moyen de faire une liste unique. Cela ne sera pas facile mais l’approche de l’élection permettra peut-être ce rapprochement. Il faut être ensemble et n’exclure personne.

 

Thomas Simonian

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.