3 questions à Jean-Luc Lagleize

Président du MoDem 31

Elu à la mairie de Toulouse et à «Toulouse Métropole»

Le MoDem vient de vivre son Université de rentrée. Que doit-on retenir du discours de clôture de François Bayrou ?

Malgré les difficultés qu’il a pu vivre, François Bayrou ne regrette pas les choix qui ont été les siens : la liberté a un prix qu’il a su payer. Mais il a également insisté sur le fait que nos idées ne seront portées que si nous avons des élus, et donc, sous la 5e République, que si nous faisons des alliances qui nous permettront de dépasser les 51% au second tour. François Bayrou a tendu la main à Jean-Louis Borloo en lui disant : «Si nous devons reconstruire un centre indépendant en France, faisons-le ensemble !»

Quelle stratégie pour les municipales à Toulouse ? Une ou deux listes ?

Je ne suis pas certain que le nombre de listes soit la question primordiale. Elle cache en fait le débat sur la tête de liste. Idéalement, l’alternance à Pierre Cohen doit avoir une tête de liste reconnue et indiscutable, une personnalité centriste incontournable. Cette tête de liste n’étant pas identifiée à ce jour, les partis centristes doivent travailler ensemble pour mettre en place une organisation forte qui aura du poids le jour du scrutin.

Jean-Luc Moudenc est-il une tête de liste indiscutable ?

Depuis juin 2012, Jean-Luc Moudenc a changé de dimension. Il est dorénavant l’un des trois parlementaires non socialistes de notre département. Il possède également des qualités reconnues d’homme de dossier, de travail de fond et de disponibilité. Je persiste néanmoins à penser que si l’alternative à Pierre Cohen est portée par le Président départemental de l’UMP, le débat municipal se résumera à un affrontement UMP/PS ! Dans une ville qui vote Hollande à plus de 62%, le résultat est connu d’avance.

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.