3 questions à Jean-Claude Pellegrino

Délégué départemental d’Alliance Centriste 31

Après la tentative de putsch que vous venez de subir (Hervé Boco, proche de Christine de Veyrac, a tenté de prendre la présidence de ce parti à Jean-Marie Belin) et la mise sous tutelle de votre fédération, où en êtes-vous aujourd’hui ?

Notre fédération est bien mise sous tutelle par la direction nationale de notre parti. Notre vice-président chargé des fédérations, Raynald Dutot, m’a confié la responsabilité de la gestion et d’être le porte-parole  de la fédération départementale d’Alliance Centriste. Personne n’a donc aujourd’hui le droit en Haute-Garonne de communiquer sur Alliance Centriste, mis à part moi, et ce jusqu’à nouvel ordre.

Avez-vous un calendrier pour la suite ? Y aura-t-il de nouvelles élections internes ?

Nous ne traiterons pas avant le mois de Septembre de cette histoire de mise sous tutelle. Il se pourrait même qu’elle soit reconduite à l’après-municipales (mars 2014)… La volonté est clairement d’apaiser la situation.

Votre parti a-t-il été la victime, malgré lui, d’une pré-campagne municipale sous haute-tension ?

Je regrette en effet que les querelles municipales soient venues perturber la vie de notre mouvement. Hervé Boco a d’ailleurs déclaré plusieurs fois qu’il avait eu des consignes de Philippe Folliot (coordinateur régional d’Alliance Centriste et député du Tarn) pour prendre la fédération et la mettre au service de Christine de Veyrac. Mais je pense que les raisons de ce putsch vont au-delà … Philippe Folliot chercherait également à promouvoir la candidature de Philippe Bonnecarrère, le maire d’Albi, aux prochaines régionales, et préparerait un maillage sur toute la région.

Propos recueillis par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.