3 questions à Grigori Michel

Président des jeunes UDI 31

Comment réagissez-vous à la sanction disciplinaire qui vient de frapper Jean-Jacques Bolzan et Philippe Lasterle ?

Tous les jeunes étaient entièrement convaincus qu’il fallait des mesures rapides à leur encontre… Des voix minoritaires et surtout isolées ne peuvent pas porter la voix de l’UDI. Notre président, Jean Iglesis, a donc eu raison de prendre de telles mesures.

Qu’est-ce qui vous choque dans leur comportement ?

Il y a des décisions nationales qui sont prises, et en particulier concernant la future campagne municipale. L’investiture de notre parti a été donnée à Christine de Veyrac, ils se devaient donc de respecter les instances du mouvement auquel ils appartiennent.

Cette décision va-t-elle apaiser votre campagne auprès de Christine de Veyrac ?

Notre campagne se déroule dans une ambiance sereine et conviviale depuis le début. Mais cette décision va nous permettre de ne plus craindre des voix discordantes au sein même de notre famille politique. Cela sera donc un plus. Les jeunes de l’UDI vont continuer pleinement à participer aux diverses actions menées actuellement autour de notre candidate.

Propos recueillis par Thomas Simonian

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.