3 questions à Frédéric Brasilès

Elu à la chambre de métiers et de l’artisanat, photographe et colistier de Jean-Luc Moudenc.

Etiez-vous prêt à figurer sur la liste Moudenc ?

Non, tout comme je n’étais pas prêt à prendre la présidence de l’APAT (association pour un autre tracé), un mouvement qui lutte contre le Tram Garonne. Mais j’estime aujourd’hui avoir une vision de la ville et des compétences que Jean-Luc Moudenc me permet de pouvoir exprimer. Je veux défendre l’intérêt des Toulousains face à une politique qui est meurtrière pour la vie sociale et le tissu économique de notre ville.

Etes-vous aussi là pour défendre les commerçants toulousains ?

Clairement oui, car l’équipe de Pierre Cohen met en danger le commerce de proximité avec ce Tram Garonne qui n’a même pas démarré pour son premier essai, et ce BHNS (bus à haut niveau de service) qui n’en finit plus de faire du bruit. Par ailleurs, quand on fait le choix de ne plus faire d’espaces de stationnement pour les voitures, on fait ainsi la part belle aux grandes surfaces à l’extérieur de la ville.

Jean-Luc Moudenc, l’homme de la situation ?

A mes yeux, oui ! C’est un homme qui maîtrise parfaitement Toulouse, et qui a fait preuve d’une gestion exemplaire quand il était aux affaires. Il est le candidat qui apporte les meilleures réponses aux Toulousains.

Propos recueillis par Thomas Simonian



2 COMMENTAIRES SUR 3 questions à Frédéric Brasilès

  1. Jacques-Daniel DELAIRE dit :

    Tout est dit en trois phrases, reste au toulousains à ne pas se tromper à nouveau aux municipales de 2014, votez pour la liste de Jean-Luc Moudenc !

  2. Mathieu dit :

    Il n’y qu’a voir le revitalisation express des commerces après les chantiers pour voir qu’il y avait grand besoin de rénovation au centre-ville après un demi-siècle de gestion conservatrice.
    Mais les commerçants sont des électeurs difficiles, un seul exemple: les commerçants de la rue gambetta ont lancé une pétition contre les travaux de piétonisation au moment même où ceux de la rue des lois, exclue des travaux, en lançait une pour obtenir la piétonisation !
    Merci à l’équipe de Pierre Cohen d’avoir su avancer malgré toutes les embuches. Toulouse est plus belle, plus forte, plus vivante maintenant qu’en 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.