3 questions à Etienne Cardeilhac-Pugens

Etienne Cardeilhac Pugens
Etienne Cardeilhac Pugens

Président du MJT (mouvement des jeunes pour Toulouse), proche de Jean-Luc Moudenc

On vous voit très actifs sur Toulouse alors que vous êtes élu sur Léguevin. Où en êtes-vous ?

J’ai mûrement réfléchi avant de prendre une position, mais aujourd’hui je peux annoncer que je quitte Léguevin ! Je vais d’ailleurs démissionner du conseil municipal. Je travaille, je milite politiquement et je vis désormais à Toulouse.

Vous allez donc vous engager pour les prochaines municipales ?

Oui, j’ai envie de m’investir pleinement aux-côtés de Jean-Luc Moudenc. J’ai été élu à Léguevin à 18 ans, et je peux donc faire partager cette expérience… J’y ai porté plusieurs dossiers qui touchent à la jeunesse tels un forum de l’emploi et des jobs d’été, le développement d’une MJC, et l’embauche d’un coordinateur enfance-jeunesse. J’ai fait bouger la politique jeunesse sur Léguevin. Je souhaite également, avec d’autres, incarner une nouvelle génération ayant un regard neuf et la volonté de faire de la politique autrement, avec une vraie proximité. Il faut sortir de la politique de salon.

Pourquoi le MJT, alors que l’UMP compte ses « Jeunes Populaires » ?

Je ne me considère pas comme un « Jeune Pop’ » et le MJT est clairement indépendant de l’UMP, c’est pour moi et mes amis un gage de liberté. Cela nous a permis de travailler sur un projet jeunesse pour Toulouse qui sera remis fin mai à Jean-Luc Moudenc. Il reflètera véritablement les attentes des jeunes Toulousains.

Propos recueillis pas Thomas Simonian

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.