3 Questions à Danièle Damin

Conseillère municipale du groupe «Toulouse pour tous»

Vice-présidente de l’UMP 31

Avec ces élections internes pour la présidence du parti, l’UMP vit-elle un moment démocratique important ?

Ce n’est pas la première fois que les militants vont avoir à trancher dans un duel comme celui que nous sommes en train de vivre. Vous savez, nous avons déjà eu des affrontements terribles dans l’histoire de notre famille politique entre Chirac et Pasqua ou entre Chirac et Balladur par exemple. Donc je ne m’affole pas ! Je vis positivement l’opposition entre Copé et Fillon… Ce sont des «poids lourds» avec une dimension d’homme d’Etat.

Mais vous avez tout de même pris position clairement pour François Fillon ?

Je connais François Fillon depuis très longtemps, et notamment du temps où j’étais secrétaire nationale du parti. Ses qualités humaines, morales et politiques m’ont toujours marquée. Et je vais être honnête avec vous : je vois au-delà de l’élection pour la tête du parti… Et j’imagine plutôt Fillon candidat à la présidentielle que Copé ! Mais la cohabitation entre les deux sera de toute façon nécessaire.

Localement, Jean-Luc Moudenc, président de votre fédération, a décidé pour le moment de ne pas prendre de position sur ces élections internes. Vous comprenez ?

Je l’approuve totalement, car nous avons subi il n’y a pas si longtemps de fortes turbulences. Son souci principal, son rôle, est de maintenir le calme dans cette fédération. Pour autant, il ne nous a pas empêché de nous exprimer. La preuve !

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.