3 questions à : Bertrand Serp

Candidat UMP sur la quatrième circonscription

 

La semaine dernière dans nos colonnes, Stéphane Diebold, qui est dissident à votre candidature, vous a attaqué en parlant de vous comme «le candidat du copinage». Quelle réponse pouvez-vous apporter ?


La division a toujours été préjudiciable dans une élection et la décision de Stéphane Diebold lui incombe. Je la regrette fortement. Il s’inscrit donc contre son camp et son parti politique d’origine. C’est pour cette raison que le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, vient de l’exclure de notre mouvement. Pour ma part, je considère comme je l’ai déjà dit, que mon adversaire c’est la gauche et son sectarisme.

 

N’est-ce pas complexe de faire campagne dans une circonscription qui représente toutes les classes sociales de la ville ?

La richesse et le pluralisme de la circonscription en font un territoire passionnant. Je fais une campagne de terrain à la rencontre des habitants. Je suis à leur écoute, et si je suis élu, ils auront enfin un député proche d’eux qui vit et travaille sur cette circonscription depuis plus de vingt ans.

 

Quels sont les points forts de votre projet pour cette quatrième circonscription ?

Il y en quatre principaux : Il faut soutenir l’emploi dans nos quartiers, en proposant une exonération de charges pour les artisanats, TPE et PME qui ne dégagent pas de CA dans l’immédiat. Renforcer la sécurité dans nos quartiers. Préserver le pacte républicain, pour les seniors en  développant des centres de santé de proximité, et développant l’aide à domicile, et pour les jeunes, en favorisant l’alternance et l’apprentissage. Enfin, développer la mobilité et les transports doux dans les centres urbains, et les quartiers en soutenant notamment le projet de grand contournement de l’agglomération toulousaine.

Par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.